Sextape et ingérence électorale : la Russie aurait des énormes dossiers sur Trump

Un document évoquant l'existence d'une sextape et de preuves d'une collaboration avec le Kremlin met Donald Trump au cœur d'un nouveau scandale, même si la source confidentielle reste à authentifier. Le FBI est sur le coup.

Source : Wikipedia Commons / ©Author Presidential Press and Information Office / ©Michael Vadon)

(© Wikipedia Commons /Author Presidential Press and Information Office/Michael Vadon/CC)

Et un scandale de plus ! Un document de 35 pages (dévoilé par BuzzFeed) met en émoi les officiels de Washington et la presse américaine, accusant Donald Trump de s'être allié secrètement aux Russes pour s'assurer la victoire à l'élection présidentielle. Plus chaud encore, cette source avance que la Russie dispose d'une sextape du milliardaire. Une vidéo qu'elle pourrait utiliser pour le faire chanter au cours de son mandat. Hautement explosif, ce document reste toutefois à authentifier, ce qui explique que les grands médias américains aient pris des pincettes avant de relayer l'information révélée en premier lieu par CNN.

Mais le document rédigé par un ancien agent britannique du MI6 est suffisamment sérieux pour que les chefs du renseignement américain aient jugé bon d'en présenter un résumé au nouveau président, mais aussi à Barack Obama et aux dirigeants du Congrès. Le FBI est actuellement en train de chercher à authentifier le document. Le dossier compile en fait des informations récoltées depuis des années par les services secrets russes et qui pourraient suffire à torpiller la présidence Trump. Celui-ci a tenu à réagir, à sa manière, sur Twitter : "FAUSSES INFORMATIONS – UNE CHASSE AUX SORCIÈRES POLITIQUE." Après avoir exprimé à multiples reprises son admiration pour Vladimir Poutine, il semblerait aujourd'hui que son "allié" se révèle nettement moins conciliant que prévu.

Le dossier comprendrait aussi de nombreuses preuves de contacts secrets entre Trump, ses équipes et des officiels russes depuis pas moins de cinq ans. On y apprend par exemple que son avocat, Michael Cohen, se serait rendu cet été à Prague pour y rencontrer en sous-main des envoyés du Kremlin. L'intéressé a immédiatement tenu à démentir l'info en publiant... une photo de la couverture de son passeport. Bon.

Des informations explosives

La Russie aurait également fourni au candidat républicain de nombreuses informations sur ses concurrents pour l'avantager pendant la campagne électorale. Hillary Clinton était évidemment la cible numéro un, même si les écoutes téléphoniques enregistrées auprès de la candidate ne lui auraient pas été transmises. Des pièces qui viennent s'ajouter à l'énorme dossier de l'ingérence russe dans l'élection américaine.

Dernière révélation, et pas des moindres, la source confidentielle défend que le FSB (les services secrets russes) aurait piégé Trump lors de l'une de ses visites en Russie : le milliardaire se serait fait prendre en flagrant délit d'orgie avec plusieurs prostituées dans un hôtel surveillé par les services. Il aurait notamment demandé aux prostituées de lui faire un spectacle de golden showers (on vous laisse googler ce que c'est ; attention : NSFW). Si cette allégation est vérifiée, les conséquences politiques seraient énormes : comment imaginer qu'un président puisse adopter des positions diplomatiques fermes face à un pays qui a le pouvoir de le traîner dans la boue en révélant des images plus que compromettantes ?

Tous ces soupçons ne sont pas neufs, à tel point que, dès le mois d'octobre, l'ancien chef des démocrates au Sénat avait rédigé une lettre incisive au directeur du FBI, James Comey : "Il est désormais clair que vous possédez des informations explosives sur des ententes et des coordinations entre Donald Trump, ses conseillers et le gouvernement russe – une puissance étrangère ouvertement hostile aux États-Unis." Certains démocrates avancent de leur côté que Donald Trump n'est pas en mesure de gouverner dans de telles conditions, même si tout reste à prouver.

Par Théo Mercadier, publié le 11/01/2017