Infographie : du gaz moutarde à ebola, cent ans de paniques contemporaines

Le Boston Globe a dressé une liste des plus grandes paniques aux États-Unis, année après année. Des peurs les plus ridicules aux menaces les plus réelles.

L'humain est paradoxal, hein. Pour comprendre la paix, il a besoin de la guerre. Pour connaître l'amour, il a besoin de la haine. Et pour jouir de la sérénité, il a besoin de la peur. Clowns, ebola ou Daesh aujourd'hui, nazis ou anarchistes hier, en passant par les Hells Angels, les punks, la fièvre, les gangs, Béla Lugosi ou les kamikazes... Une année après l'autre, l'inconscient collectif a toujours une grande peur sur laquelle se fixer.

Slate France a repéré une infographie du Boston Globe qui prétend établir une liste des terreurs du peuple américain de 1915 à 2014. Réalisée par l'illustrateur Philip Niemeyer, elle nous rappelle que de tout temps, il a bien fallu trouver une raison de se protéger... ou de se créer un ennemi, parfois un peu imaginaire. Après tout, la crainte est une manière très efficace de fédérer une population. Oui, même contre les hippies.

Publicité

Et vous, l'année de votre naissance est-elle celle de l'angoisse du cholestérol, de la peur des serial killers, de la crainte du Sida ou de la terreur des satanistes ?

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

Publicité

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

Publicité

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

(Crédits image : Philip Niemeyer for The Boston Globe)

Par Théo Chapuis, publié le 30/10/2014

Copié

Pour vous :