Par Constance Bloch

Après le succès sans précédent au box office américain d'un film d'action mettant en scène une fille (Hunger Games : L'embrasement), la New York Film Academy a décidé de s'intéresser de plus près à la place des femmes dans le cinéma à travers une infographie. Décryptage.

infographie

Une infographie sur l'inégalité genrée dans les films réalisée par la New York Film Academy

Le constat que dresse l'infographie est sans appel : l'industrie du cinéma compte beaucoup moins de femmes que d'hommes, et ce, à tous les niveaux. On constate par exemple que dans les films, seuls 30% des personnages avec des dialogues sont féminins, que 28% d'entres eux portent des vêtements sexy (contre 7% des hommes) et que 10,7% des long métrages en général comptent dans leur casting autant de femmes que d'hommes. Par ailleurs, il y a deux fois plus d'acteurs que d'actrices dans le milieu.

Pour ce qui est des salaires, l'industrie du cinéma n'échappe aux inégalités homme-femme . Dans le classement des actrices les mieux payées en 2013, on retrouve en tête de liste Angelina Jolie avec 33 millions d'euros, soit la même somme que les deux acteurs en queue de peloton dans les classement des hommes. L'acteur le mieux payé lui, a gagné plus de deux fois cette somme.

9% de réalisatrices

Mais c'est lorsque l'on passe de l'autre côté de la caméra que le constat est encore plus sévère : pour cinq hommes travaillant sur un film, on trouve une femme. Ainsi, le cinéma américain compte 9% de réalisatrices, 15% d'auteures, 17% de productrices exécutives et 2% de directrices de la photographie. C'est un tout petit peu mieux au niveau de la production, où les femmes sont représentées à hauteur de 25%.

Si l'on s'intéresse de plus près aux prix décernés aux cinéastes, les femmes sont très largement sous représentées. Dans toute l'histoire des Academy Awards, seulement quatre femmes ont été nominées pour l'Oscar de la meilleure réalisatrice, et une seule l'a gagné (Kathryn Bigelow en 2010 pour Démineurs). En 85 ans de cérémonies des Oscars, seulement sept femmes ont remporté le prix du Meilleur Film, et tous ont été co-produits par des hommes. On découvre que ce constat va de paire avec le pourcentage d'hommes qui votent pour ces prix : 77%.

En France, ce n'est pas beaucoup mieux

Alors certes, si du côté des Américains l'industrie n'est pas paritaire, du côté français ce n'est pas vraiment plus reluisant. En mai dernier, Najat Vallaud-Belkacem a décidé de prendre le problème à bras le corps. En effet, lors du Festival de Cannes, la ministre des Droits de femmes a annoncé avoir demandé un diagnostique sur les inégalités homme-femme au CNC en expliquant qu'il était "extrêmement important de se demander si des réflexes ou des habitudes plus ou moins inconsciemment à l’oeuvre ne conduisent pas à creuser les inégalités".

Cette annonce faisait suite à la polémique de l'année précédente, alors qu'aucune réalisatrice n'avait été sélectionnée en compétition, et une seule cette année (Valéria Bruni-Tedeschi). La ministre a également rappelé qu'en 66 ans de festival, seule Jane Campion a décroché la Palme d'Or pour La leçon de Piano.

Le 10 octobre dernier, une charte pour l'égalité entre hommes et femmes dans le secteur du cinéma a été signée par la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, Najat Vallaud-Belkacem, Frédérique Bredin la présidente du CNC, et la présidente d'Arte France Véronique Cayla. Cette charte a pour but d'aider au "rayonnement des femmes dans le secteur" à travers cinq engagements, tels que "favoriser la représentation proportionnelle des femmes et des hommes" et "appliquer l’égalité salariale".

Un premier pas vers le changement ?