AccueilÉDITO

À Londres, un immeuble pensé pour les jeunes actifs de la génération Y

Publié le

par Lydia Morrish

Supérette, sauna, cinéma, cuisines communes… Le complexe imaginé par l’entreprise The Collective est une sorte de résidence universitaire améliorée pour jeunes adultes. Visite des lieux. 

La crise du logement à Londres a de quoi désespérer les jeunes. Mais un immeuble assez étrange destiné aux "jeunes actifs" vient d’ouvrir dans le Nord de Londres. Pour faire court, c'est une sorte de résidence universitaire branchée destinée aux adultes qui en ont marre de la colocation, quasi inévitable dans la capitale britannique.

Ce concept vient renforcer l'idée que les jeunes d'aujourd'hui ne grandissent jamais. Situé dans le quartier de Willesden, cet immeuble aux airs d'hôtel est doté de studios haut de gamme et d'espaces communs. Un peu comme dans High-Risesauf que ce bâtiment-là est destiné à la génération Y.

Pour 1 390 euros par mois, le locataire a une petite chambre indépendante, une salle de bains, bénéficie des services d’une femme de ménage (qui change les draps des résidents) et ne paye pas de charges supplémentaires. Il partage des cuisines et des salons à thème avec les 550 autres locataires du bâtiment. Il y a aussi une terrasse sur le toit, des salles de jeu (ping-pong, baby-foot...), une bibliothèque, un spa, un sauna et un cinéma. On a connu pire.

Les chambres ne sont pas forcément grandes, mais là n'est pas l'intérêt principal. (Toutes les images : The Collective)

Histoire d'amuser les potentiels locataires – faire taire les critiques qui pourraient faire remarquer que cet immeuble n’est autre qu’une résidence universitaire améliorée –, l’entreprise derrière ce projet, The Collective, a baptisé ses chambres avec un nom branché et futuriste : les "twodios".

Mais ce n’est pas qu’une question de décor. Les locataires peuvent envoyer un texto aux employés du complexe pour leur demander de changer une ampoule à n'importe quel moment, ou descendre à la supérette située dans le bâtiment s'ils sont à court de lait ou d'alcool. Parce qu'Ed, 32 ans, veut jouer au beer-pong avec son voisin après une longue journée de travail à la City.

"Le plus grand projet de cohabitation", comme le qualifie The Collective, est également doté d'instruments de musique, de vidéoprojecteurs et de télévisions dans les espaces communs, mais l'entreprise a prévenu qu'elle ne remplacera pas le matériel en cas de vol.

Comme le complexe a ouvert ce week-end du 1er mai, la première fournée de grands adolescents est en train d’emménager. Si l’espace est plutôt destiné aux 21-35 ans, un mec de 40 ans du nom d’Erik a été l’un des premiers à prendre ses quartiers dans la résidence.

Interrogée par le MailOnline, l’une des responsables de la communauté, Joanna Bucur, 30 ans, a expliqué :

"Je suis entrée dans l’entreprise car je crois au concept de la cohabitation et j’en ai senti le besoin. Je pense que c’est le futur des jeunes. Je pense que cette étape entre l’obtention du diplôme et le commencement de la vraie vie est nécessaire.

Les infrastructures sont incroyables, elles sont neuves, on se sent tellement inclus. Tous les espaces vous appartiennent."

Pour les jeunes actifs qui ont un bon salaire, les "twodios" peuvent être un soulagement après une mauvaise expérience avec un propriétaire véreux ou un colocataire louche. Mais il faut être prêt à vivre dans un espace de vie communautaire où il faut signaler ses invités...

Traduit de l'anglais par Hélaine Lefrançois

À voir aussi sur konbini :