Australie : après la prise d'otage, Twitter affiche son soutien à la communauté musulmane

 Après la prise d'otage en Australie qui a entrainé la mort de trois personnes, plusieurs musulmans ont craint d'être stigmatisés. C'est pour les soutenir que le hashtag #IllRideWithYou a été créé.

Capture d'écran de trendsmap par rapport au hashtag #IllRideWithYou, devenu viral.

Capture d'écran de trendsmap par rapport au hashtag #IllRideWithYou, devenu viral.

La prise d'otage du lundi 15 décembre a provoqué une déferlante de réactions sur les réseaux sociaux. Alors que certains inconscients s'amusaient à poster des selfies d'eux devant le Lindt Chocolat Cafe à Sydney où un homme de 49 ans d'origine iranienne, Man Haron Monis, a pris en otage une quinzaine de personnes, un message bien plus intelligent se propageait sur les réseaux sociaux. En arborant un drapeau noir avec écrit en arabe "Il n'y a de Dieu qu'Allah et Mohammed est son prophète" puis en réclamant à la police que lui soit apporté un drapeau du groupe État islamique, Man Haron Monis a entrainé une vague de propos anti-musulmans.

Publicité

Un hashtag pour lutter contre l'islamophobie

Publicité

Plusieurs habitants de la ville de Sidney ont alors craint des représailles dans les lieux publics à cause d'un amalgame entre le preneur d'otage et la communauté musulmane de la ville. Afin de montrer leur soutien, plusieurs australiens ont utilisé le hashtag #IllRideWithYou (littéralement, je voyagerai avec vous).

Le mouvement a été initié par la journaliste Tessa Kum aka Sir Tessa sur Twitter. L'objectif : lutter contre l'islamophobie en proposant aux personnes portant un signe distinctif religieux de les accompagner dans les transports en commun. Devenu très rapidement viral à travers le monde, ce nouveau hashtag se veut être un message de solidarité pour la communauté musulmane.

Publicité

Si vous prenez régulièrement le bus numéro 373 entre Coogee et Martin Place, portez des signes religieux et ne vous sentez pas en sécurité: je voyagerai avec vous.

Interviewée par la BBC, Tessa Kum raconte :

Publicité

J'ai vu un tweet qui était juste un petit acte de bonté pour les femmes musulmanes effrayées dans les transports en commun et  ça m'a vraiment touché. C'est quelque chose qui devrait arriver plus souvent dans le monde. Je n'avais pas du tout prévu ça, ça a été incroyable de voir comment ça a décollé.

Ce premier tweet dont elle parle c'est celui de Rachel Jacobs qui raconte sa rencontre avec une jeune musulmane, qui apeurée par la réaction des personnes dans le bus a enlevé son foulard.

L'initiative n'est pas sans rappeler #NotInMyName et comme la plupart des hashtags créés elle sera éphémère. Mais elle rappelle au moins que beaucoup de musulmans souffrent de stigmatisation. Quoiqu'on en pense – plusieurs internautes ont manifesté leur surprise d'un tel mouvement alors que les otages n'étaient pas encore libérés – un message de solidarité ne fait jamais de mal.

Par Anaïs Chatellier, publié le 16/12/2014

Copié

Pour vous :