AccueilÉDITO

Aux Îles Féroé, des moutons travaillent pour Google Street View

Publié le

par Thibault Prévost

Fatigués d'attendre que Google vienne photographier leur pays, des habitants des Îles Féroé ont équipé des moutons de caméras à 360° pour s'en charger.

Les Îles Féroé forment un territoire aussi isolé que fragmenté : composé de 18 îles paumées entre l'Islande et le Royaume-Uni, et soumis à un climat subarctique maritime (autrement dit, froid, humide et venteux), le pays est principalement peuplé de moutons — 80 000 individus —, qui daignent partager leur terre avec les 49 000 indigènes homo sapiens, tant qu'il ne font pas trop de bruit le soir et ne boulottent pas toute l'herbe, cela va sans dire.

Bref, pas vraiment le genre de pays en haut de la liste des pays à cartographier de Google. Du coup, aux Îles Féroé, Street View n'existe toujours pas.

Fatigué d'attendre que le firme américaine daigne bien s'intéresser à son pays, Durita Dahl Andreassen, qui travaille pour l'organisme touristique du pays, a mis au point son propre système cartographique :  Sheep View 360. Cinq moutons équipés de caméras à 360°, fixées grâce à des harnais spéciaux mis au point localement.

Les caméras enregistrent les déplacements des moutons et accolent des coordonnées GPS aux images, qu'Andreassen envoie ensuite directement à Google. Pour le moment, détaille le Guardian, l'équipe de Sheep View 360 a cartographié cinq lieux du territoire : le gros du boulot reste encore à faire.

Mais ils ont aussi pensé à ceux qui ont toujours rêvé d'entrer dans la peau d'un mouton des Îles Féroé, en publiant des vidéos à 360 degrés de paisibles herbivores en train de brouter.

Sheep View 360 espère avant tout attirer l'attention de Google pour enfin se doter de Street View, et ne pas avoir à faire tout le boulot. L'organisme touristique a ainsi lancé une pétition et un hashtag, #wewantgooglestreetview, pour mener ce combat.

Réponse de Google, contacté par le Guardian : tout un chacun est invité à créer son propre Street View ou à emprunter les caméras de la firme. En d'autres termes, les Féringiens vont devoir faire avec les moutons, faute de mieux. Après tout, en 2013, Google a bien équipé des être humains de sac à dos-caméras pour parcourir les endroits les plus reculés du globe...

À voir aussi sur konbini :