House of One, le lieu qui entend réunir musulmans, chrétiens et juifs

Lancé en 2010 à l'initiative de représentants berlinois des trois grandes religions monothéistes, le projet "House Of One", actuellement en cours de financement, entend réunir dans le même lieu juifs, chrétiens et musulmans. Présentation d'une initiative unique. 

"House Of One", lieu de culte en trois dimensions - Crédit Image House of One

"House Of One", lieu de culte en trois dimensions - Crédit Image House of One

En 2009 à Berlin, sur la célèbre île des musées, des archéologues ont fait une découverte inédite. Entre la Nationalgalerie, et le Berliner Dom, les scientifiques ont "excavé" les fondations de la première église berlinoise, Saint-Pierre (ou "Petrikirche" dans la langue de Goethe).

Publicité

Cet évènement a motivé le lancement du projet "House of One", bâtiment censé réunir en son sein les trois principales religions monothéistes. Prenant acte de la présence au sein de la capitale allemande d'une tradition confessionnelle féconde (et pas toujours heureuse), des représentants de chaque culte ont décidé de mettre sur pied un projet unique. Construire un lieu en trois dimensions où chacune des religions trouverait une place égale. Offrir les conditions architecturales au dialogue confessionnel, en quelque sorte (un projet assez proche du campus Tri-Faith à Omaha aux États-Unis).

À la base de l'initiative on retrouve le rabbin Tovia Ben Chorin, l'imam d'origine turque Kadir Sanci et le pasteur Gregor Hohberg. Trois aventuriers du dialogue interconfessionnel.

Rabbin Tovia Ben Chorin : "Berlin est la ville des cicatrices et des miracles"

Publicité

Après avoir édicté une charte (en quatre points : non-violence, égalité, respect, solidarité) et mis sur pied les bases du projet – un égalitarisme drastique qu'il s'agisse de la structure légale ou de la participation des différentes communautés au financement et/ou à la gestion du lieu –, les trois religieux se sont attaqués au bâtiment en lui-même avec une question en tête : quelle forme pourrait bien prendre cette maison de dieu dont les fidèles ne pratiquent pas le même culte ?

Un pasteur, un rabbin, et un imam réuni pour le même projet - Crédit Image "House Of One"

Un pasteur, un rabbin, et un imam réunis pour le même projet - Crédit Image "House Of One"

Après avoir lancé un appel à projet, c'est finalement l'agence locale Kuehn Mavelzzi qui a remporté la mise. Et malgré les retombées médiatiques indéniables et l'importance du projet, l'architecte et fondateur de l'entreprise, Wilfried Kuehn, confie que House of One était un défi, tant conceptuel qu'architectural : 

Publicité

C’était un défi de vouloir combiner la différence et l’universel. Il s’agissait de ne pas mélanger les religions, tout en favorisant une reconnaissance mutuelle.

Un défi qu'il a relevé avec brio.

Trois cultes, trois espaces

Pour différencier les religions mais conserver cette notion de "dialogue" inhérente au projet, c'est un espace modulable que l'architecte allemand s'est efforcé de construire.

Publicité

Au centre, un espace de rencontre et de discussion fera office de "coeur" du bâtiment autour duquel sont distribués les trois lieux de pratique religieuse.

Possédant la même taille (selon le principe d'égalitarisme que nous évoquions précédemment), ils ont chacun une forme spécifique : un carré pour la mosquée, un rectangle pour l'église, un hexagone pour la synagogue. L'identité de chacun de ces espaces se poursuit dans la structure même des "ailes"  (la synagogue et la mosquée seront construites sur deux étages contrairement à l'église) ainsi que sur la façade du bâtiment où les traditions architecturales, bien qu'euphémisées, semblent apparaître en filigrane, comme on le voit notamment sur l'image ci-après.

HOUSEOFONE1

Le problème du financement

Malheureusement, comme on pouvait le craindre, la transparence et l'égalité voulues entre les différentes confessions, mais également l'indépendance du projet, rendent son financement difficile. En écartant les mécènes et en privilégiant une levée de fond populaire, "House of One" reste conforme à l'éthique qui a présidé à son lancement mais semble se heurter à un obstacle de taille : qui a intérêt à ce qu'un tel projet voie le jour ?

Pour l'heure, une campagne de financement est lancée sur Internet où il est possible d'acheter une pierre de l'édifice pour 10 euros. Sur 43 millions d'euros nécessaire (bien qu'une version "minimale" du bâtiment peut être construite avec 10 millions d'euros), la campagne n'a pour l'instant réuni que 23 000 euros.

Espèrons qu'il ne s'agisse que d'un départ timide.

Par Tomas Statius, publié le 02/07/2014

Pour vous :