Les hommes seraient plus violents quand les femmes sont plus nombreuses

En supériorité numérique par rapport aux femmes, les hommes auraient un comportement plus pacifique entre eux. 

Les hommes, s'ils sont plus nombreux que les femmes, seraient moins tentés d'adopter des comportements dangereux. (© Universal Pictures)

Les hommes, s'ils sont plus nombreux que les femmes, seraient moins tentés d'adopter des comportements dangereux. (© Universal Pictures)

Une étude américaine, relayée par Slate ce lundi 17 octobre, aurait trouvé un lien entre la criminalité et le sex-ratio (rapport entre le nombre de naissances de filles et de naissances de garçons). Apparemment, le comportement des hommes tend à être plus violent s'ils sont en infériorité numérique par rapport aux femmes.

Publicité

C'est Ryan Schacht, anthropologue à l'université de l'Utah à Salt Lake City, qui a déniché cette corrélation. Il a comparé les données démographiques de plus de 3 082 régions des États-Unis, avec les chiffres de la criminalité du FBI. Il constate alors que dans les zones où les hommes se plus font plus rares que les femmes, le taux de criminalité est plus élevé, tous actes de violence confondus, dont les crimes et délits sexuels.

Pour expliquer ce phénomène, le chercheur américain parle de "théorie du marché conjugal"c'est-à-dire que les couples entre hommes et femmes se forment et se quittent selon des variations d'offre et de demande, basées sur le nombre d'individus disponibles.

En minorité, les femmes sont prisées

Si elles sont moins nombreuses, les femmes sont alors considérées comme "une ressource prisée" par les hommes. Dans la situation contraire, ils doivent faire face à plus de choix et sont alors "moins enclins à s'engager auprès d'une seule partenaire et plus susceptibles de rechercher des relations multiples", précise Ryan Schacht. Il ajoute également que leurs attitudes sont plus dangereuses et qu'ils s'avèrent être plus souvent auteurs de violences sexuelles.

Publicité

Cette étude révèle une réflexion très primaire. Le phénomène est d'ailleurs observé chez les animaux, souligne Slate, qui mentionne une étude faite sur les oiseaux, datant de 2013 : lorsqu'il y a moins de femelles, les mâles seraient moins agressifs et leur sensibilité paternelle plus éveillée.

Par Juliette Geenens, publié le 17/10/2016

Copié

Pour vous :