featuredImage

Homme le plus raciste de France, Henry de Lesquen a été condamné

Ce mercredi 25 janvier, l'homme politique ultra-réac et ultra-raciste Henry de Lesquen a été condamné pour ses propos haineux.

capture-decran-2016-12-09-a-17-58-58

(© Planète+)

Il n'a pas encore les 500 signatures d'élus nécessaires à une vraie candidature à l'élection présidentielle, et c'est tant mieux. J'appelle à la barre le vicomte Henry de Lesquen, un concentré de ce qui se fait de mieux (de pire ?) en matière de racisme à l'heure qu'il est.

La justice ne s'y est d'ailleurs pas trompée. Si le procureur de la République avait requis au début du mois de décembre 6 mois de prison avec sursis et 15 000 euros d'amende pour "injures publiques, provocation à la haine raciale et contestation de crime contre l’humanité", le tribunal correctionnel de Paris l'a condamné ce mercredi 25 janvier à 16 000 euros d'amende et à verser des dommages et intérêts aux associations luttant contre le racisme, qui s'étaient constituées parties civiles.

En cause, des tweets racistes et particulièrement nauséabonds :

"Centrée sur le rythme, la musique nègre s'adresse au cerveau reptilien"

"C'est le racisme des juifs qui les a conduits au monolithisme quand ils ont privé de leurs dieux les goyins qu'ils haïssaient"

"Je suis émerveillé de la longévité des rescapés de la Shoah morts à plus de 90 ans. Ont-ils vécu les horreurs qu'ils ont racontées ? [...] La plantureuse S. Veil rescapée de la Shoah a 88 ans. À ma connaissance, elle va bien"

Un racisme et un antisémitisme débridé

Comme le rapportaient Les Inrocks, présents au procès qui s'était tenu le 9 décembre 2016, le prévenu Henry de Lesquen était apparu droit dans ses bottes et avait profité des huit heures d'audience pour affirmer son racisme et son antisémitisme débridés.

Il avait ainsi sa lecture bien à lui du Talmud, l'un des textes fondateurs du judaïsme : "Les non-Juifs [y] sont considérés comme des animaux. En vérité, l’inventeur des fours crématoires, c’est David !" Stupeur dans la salle, outrée par ses sorties sur la musique noire : "La musique nègre est un ensauvagement de l’homme, elle est obscène de part en part". Et c'est la musique qui est "obscène"...

Sur son site de campagne, on trouve par exemple une "étude chiffrée" étudiant le "coefficient de blancheur des équipes de balle au pied [football, ndlr...]". Les sélections du Pays de Galles, de l'Allemagne, du Portugal et de la France sont ainsi étudiées au prisme de la couleur de peau de leurs joueurs. Bien sûr, les "plus blanches" sont applaudies.

La phrase d'introduction du paragraphe sur l'équipe de France donne le ton général de cette "étude" : "À l’instar de la gare du Nord, le grand remplacement est déjà accompli dans l’équipe de France." Un racisme primaire affiché autant que possible, ce qui lui a valu un rappel à la loi et un stage de citoyenneté au mémorial de la Shoah.

Henry de Lesquen a également quelques bons conseils à donner à Marine le Pen pour que celle-ci puisse espérer remporter l'élection présidentielle. Sa liste de dix recommandations permet de se faire une idée de ce qui se passe dans la tête du bonhomme. En vrac et sans trucages : demander la "réémigration", exiger l'abrogation du droit d'asile, répudier le discours antiraciste, abandonner le discours pro-immigrés ou encore s'en prendre à la gauche et au cosmopolitisme. Au moins, il ne fait pas semblant.

"La musique nègre est très chargée en sexualité"

Dans l'interview hallucinante visible ci-dessous, Henry de Lesquen parle peinard de "musique nègre" devant un journaliste... noir. "Il y a une obscénité latente, la musique nègre est très chargée en sexualité, le rythme est sexuel", balance-t-il sans ambages. Mais le pire est à venir : il défend ensuite une vision dépassionnée du racisme, vide de haine : le "racisme positif, c'est avoir une conscience de race. Vous le savez mieux que moi, il y a une conscience de race très forte chez les Noirs". 

Franchement, un gros respect au journaliste de Planète+, qui n'a pas pris sa chaise pour la lui balancer à la gueule.

Du côté de France Inter, le génial chroniqueur Guillaume Meurice a eu le courage d'échanger quelques mots avec l'odieux personnage. Justification de l'esclavage, musique nègre, plan pour raser la Tour Eiffel, tout y est...

Par Théo Mercadier, publié le 25/01/2016

Copié