Spotify et iTunes proposent encore d'écouter des suprémacistes blancs

Un rapport dénonce la présence de groupes de musique suprémacistes blancs sur iTunes et Spotify. Ou quand le racisme a pignon sur streaming.

(Crédit Image : Daily Beast)

(Crédit Image : Daily Beast)

The Bully Boys, Max Resist, Skrewdriver ou Arghoslent : vous n'avez peut-être jamais entendu parler de ces groupes. Pourtant, leur musique est disponible sur plusieurs plateformes d'écoute de musique en ligne. Comme plusieurs autres groupes suprémacistes, ils chantent sans honte l'apologie du racisme.

Publicité

Un rapport de l'association pour les droits civiques Southern Poverty Law Center rendu public cette semaine a dénombré 54 groupes de ce genre disponibles sur iTunes.

Selon l'enquête... :

... l'apogée de l'industrie musicale haineuse dans les années 1990 est peut-être terminée. Mais alors que la vente de disque est depuis longtemps en déclin, le vaste monde facilement accessible de la musique en ligne a permis à ce genre particulier quelque chose qui peut valoir beaucoup plus que l'argent : l'influence.

Publicité

"La musique, un pilier de la sous-culture des suprémacistes blancs"

Depuis la publication de l'enquête, Apple a retiré 30 de ces groupes rapporte le magazine américain Rolling Stone. Le problème reste que d'autres plateformes comme Amazon ou Spotify proposent aussi dans leur catalogue ce genre de groupes racistes, apparemment difficiles à filtrer.

(Capture d'écran d'iTunes)

(Capture d'écran d'iTunes)

Pour Heidi Beirich, directeur de l'enquête, Apple fait bien d'empêcher que iTunes soit utilisé comme "un outil de recrutement pour les suprémacistes blancs". Quant à Amazon et les autres site de streaming en ligne qui vendent de la musique, il aimerait qu'ils se "rendent compte qu'ils sont des plateformes puissantes pour atteindre les jeunes avec des messages qui prônent la haine et la violence contre les Noirs-Américains, les Juifs et les autres".

Publicité

Comme l'expliquait Mark Pitcavage, directeur de recherche à la Ligue anti-diffamation américaine, dans un article publié en 2012 :

La musique est un des piliers de la sous-culture des suprématistes blancs. Leur message peut motiver des personnes à passer à l'acte, les amener à être fiers d'eux et de la cause qu'ils défendent. La musique peut exacerber le niveau de colère, et réveiller un certain ressentiment.

Quand on écoute les paroles de "Fire Up the Ovens” du groupe the Bully Boys qui propose de brûler les Juifs jusqu'au dernier ou encore "Bloody Mary" par Arghoslent, il y a en effet de quoi s'inquiéter :

Publicité

Tuer pour le Christianisme, le trône de la Reine du Sang. Suivez sa foi divine. Ou soyez détruits par sa main dans d'atroces souffrances. Regardez le nombre de victimes s'élever. Comme le génocide des Mongoles. Convertissez vous ou soyez éliminés.

L'étude, comme conclut Rolling Stone, ne dit pas combien d'argent ces groupes suprématistes ont pu bénéficier via l'accès aux sites de streaming. Spotify a indiqué prendre le rapport "très au sérieux".

Par Anaïs Chatellier, publié le 13/12/2014

Copié

Pour vous :