AccueilÉDITO

"Grotesque" : contacté par Speech, Guaino nie avoir donné des éléments de langage à Le Pen

Publié le

par Astrid Van Laer

Ce jeudi 16 novembre, le Huffington Post a publié un article dans lequel il assure qu’Henri Guaino a fourni des éléments de langage au FN pour le débat qui opposait Marine Le Pen à Emmanuel Macron. Contacté par Speech, l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy qualifie cette information de "grotesque".

Ce jeudi 16 novembre, le Huffington Post a publié un article intitulé "Exclusif – Henri Guaino a fourni des éléments de langage au FN pour le débat d’entre-deux tours" qui affirme que l’ancien député des Yvelines a failli "faire son coming out [politique, ndlr] pendant l’entre-deux-tours" et qu’il a mis sa plume au service de la présidente du Front national, par le biais de son ami Gilbert Collard.

Pour appuyer son propos, le journal fournit un document long de deux pages dans lequel figurent des phrases assez classiques reprenant l’anaphore ou comprenant des attaques ad hominem telles que "Ma France, c’est une France qui résiste à ce qui veut l’abolir, la fracturer, la dissoudre" ou "Votre France, M. Macron, c’est un pays qui cultive la haine de soi dans la repentance, et c’est la haine de soi qui ouvre la porte à la haine des autres".

Mais on peut surtout relever un passage particulier au sujet de la guerre d’Algérie :

"Qui êtes-vous pour juger que les Français d’Algérie ont perpétré des crimes contre l’humanité ? Avez-vous souffert de ce drame de l’Algérie dans votre chair ?

Jaurès, que vous devriez connaître mieux que moi, disait : 'Ce qu’il faut, ce n’est pas juger toujours, juger tout tout le temps'. Que peuvent penser de votre jugement ceux qui ont tout perdu, parfois même perdu à jamais le corps de leur père ?"

"Je m’en tape tellement de tout ça"

Au Huffington Post, le nouvel éditorialiste de Sud Radio a rétorqué :

"Je n’ai pas appelé à voter Marine Le Pen, ni accepté les propositions de circonscriptions qu’on m’a faites. Je discute depuis longtemps avec Collard, comme je peux échanger avec Mélenchon. J’ai écrit pour Seguin, pour Pasqua ou pour Sarkozy, mais n’ai jamais retrouvé mes mots dans la bouche de Marine Le Pen".

Contacté par Speech, Henri Guaino, plus virulent, n’a pas mâché ses mots, lâchant à plusieurs reprises l’adjectif "grotesque" :

"Grotesque. Voilà, c’est tout. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Grotesque. […] Je discute avec Collard depuis des années, bien avant qu’il soit… C’est tout. Maintenant, des éléments de langage, d’abord, je n’en fais pas, et certainement pas pour Madame Le Pen. Je trouve tout ça grotesque, voilà. Je vais vous dire, je m’en tape tellement de tout ça. C’est ridicule, je ne sais pas d’où ça sort, je ne sais pas ce que c’est. Grotesque, voilà."

À lire -> Législatives : mauvais perdant, Henri Guaino fustige un électorat "à vomir"

À voir aussi sur konbini :