« De l’uranium à foison, des prairies bientôt abandonnées par les buffles et bongos, une main d’œuvre dévouée et bon marché, le puissant fleuve Kunene alentour, nul doute que la Namibie est l’endroit idéal pour que Voltranium installe sa première centrale nucléaire à fusion inertielle à laser. » (Capture d’écran : Killstarter/Greenpeace)

Greenpeace lance Killstarter, un faux site de crowdfunding

Killstarter est un site de financement participatif, ou crowdfunding, qui vous permet de financer les projets les moins écologiques. Greenpeace, à l'initiative de ce faux site, moque l'anthropocentrisme et poursuit son combat en faveur de l'environnement.

"De l’uranium à foison, des prairies bientôt abandonnées par les buffles et bongos, une main d’œuvre dévouée et bon marché, le puissant fleuve Kunene alentour, nul doute que la Namibie est l’endroit idéal pour que Voltranium installe sa première centrale nucléaire à fusion inertielle à laser" (Capture d'écran : Killstarter/Greenpeace)

Comment ? Vous ne connaissez pas Killstarter ? Cette nouvelle plateforme de crowdfunding propose de financer les projets les plus révolutionnaires.

Publicité

Voici trois exemples des projets de demain auxquels le site vous propose de participer :

  • élaborer un poulet OGM "hexapode" - soit un poulet à six pattes ;
  • construire une centrale nucléaire au coeur de la brousse namibienne ;
  • installer une lentille gigantesque pour faire fondre une bonne fois pour toute la banquise histoire d'exploiter des ressources fossiles cachées en-dessous.

Page de dons, modules de réseaux sociaux, vidéos de présentation des projets : Killstarter a les moyens et l'ambition de toute plateforme de crowdfunding qui se respecte. Mais heureusement, le site est faux. Peu après sa visite, la page se brouille et l'internaute découvre le logo de Greenpeace. La plateforme de crowdfounding factice a été créée de toutes pièces par l'association écologique qui compte ainsi pointer du doigt les dérives de l'innovation et de l'anthropocentrisme à tout prix et au mépris souverain de la planète Terre.

Publicité

Le faux site a tous les atours d'une vraie plateforme de crowdfunding. (Capture d'écran : Killstarter/Greenpeace)

Anne-Marie Schmit, directrice de la collecte de fonds Greenpeace, explique la démarche de l'association :

À travers cette accroche humoristique, Greenpeace souhaite sensibiliser et mobiliser le public sur les urgences environnementales auxquelles nous faisons tous face. Pour que les projets présentés sur KillStarter ne deviennent pas une réalité, pour que Greenpeace puisse continuer à défendre la planète en toute indépendance, nous avons besoin du soutien du plus grand nombre. Killstarter va nous permettre de rassembler largement derrière Greenpeace.

Publicité

"Faisant fi du principe de précaution"

Aussi, lorsque Killstarter encourage "la prise de risque" et fait "fi du principe de précaution", il faut comprendre que Greenpeace préconise le contraire. C'est pourquoi une fois le faux site brouillé, l'image fait place aux actions menées par l’ONG cette année. Une campagne menée avec humour, oui. Mais un humour acide qui renvoie l'être humain à ses propres erreurs. Finalement, Killstarter n'est pas si fake que cela.

Par Théo Chapuis, publié le 16/12/2013

Copié

Pour vous :