AccueilÉDITO

The Greasy Hands Preachers : un sublime documentaire sur la moto et l'art du custom

Publié le

par Naomi Clément

Amoureux de la deux-roues, Clément Beauvais et Arthur de Kersauson se sont immiscés dans le quotidien de passionnés de custom. Avec leur nouveau film, ils nous font redécouvrir la satisfaction longtemps perdue du travail manuel. Et un sentiment immense de liberté.

Image tirée du tournage de <em>The Greasy Hands Preachers</em>

Un motard traversant un paysage désert : pour beaucoup, cette image incarne l’idée suprême de liberté, et toute la puissance qui en émane. Pourtant, le mécanicien confiné au fond de son garage, qui fabrique et répare cet engin a longtemps été perçu comme un prolétaire aux mains sales.

Mais un nouveau phénomène est venu briser cette idée désuète et passéiste fabriquée par nos sociétés. Récemment en effet, de plus en plus d'individus ont décidé d'emprunter cette "voie de garage", redorant le blason du travail purement manuel. Souvent, ce sont des cols blancs qui ne trouvaient plus de sens dans le monde du travail contemporain. Ils ont redécouvert les vertus du savoir-faire, le plaisir de fabriquer un objet de A à Z, la satisfaction de comprendre ce qu’ils font et, surtout, ce sentiment immense et indescriptible de liberté.

Un film sur la joie du travail manuel

C'est dans ce contexte et sur ce constat qu'est né The Greasy Hands Preachers. Un documentaire réalisé par Clément Beauvais et Arthur de Kersauson, deux Français passionnés de la deux-roues. Ce film a été tourné en 16mm aux mois de juin, août et octobre 2013 en Californie, dans l'Utah, en Indonésie, en Espagne, en Écosse et en France, et présente quelques-uns des acteurs majeurs de la scène de la moto : El Solitario, Shinya Kimura, Blitz, Deus ex Machina ou encore Roland Sands.

Présenté lors de la 62ème édition du festival de San Sebastian, qui se déroulait dans la ville espagnole en septembre dernier, The Greasy Hands Preachers (qui signifie littéralement "les mains graisseuses du prêcheur" en français) a reçu un accueil plus que chaleureux à la fois du monde du cinéma et de celui des motards. Parmi eux, l'acteur américain Orlando Bloom, qui a décidé de prendre sous son aile le projet en en devenant le producteur exécutif.

À la première de <em>The Greasy Hands Preachers</em> à San Sebastian en septembre 2014

De gauche à droite : Clément Beauvais, Orlando Bloom et Arthur de Kersauson à la première de <em>The Greasy Hands Preachers</em> à San Sebastian en septembre 2014

Deux roues pour animer l'âme

Après deux ans de rencontres, de tournage et bien sûr de ride, Clément Beauvais et Arthur de Kersauson s'apprêtent enfin à lever le voile sur leur projet. S'agrippant à leur motto “Four wheels move the body, two wheels move the soul" ("quatre roues pour bouger le corps, deux roues pour animer l'âme"), ils ont dévoileré leur documentaire le dimanche 29 mars à Los Angeles, qui est également disponible sur la plateforme VOD sur Vimeo. Prêts à vous évader ?

Roland Sands réparant sa Husky © Image tirée de <em>The Greasy Hands Preachers</em>

Blitz sur les routes d'Écosse © Image tirée de <em>The Greasy Hands Preachers</em>

Dans l'atelier de Shinya © Image tirée de <em>The Greasy Hands Preachers</em>

Un motard indien sur la ligne de départ © Image tirée de <em>The Greasy Hands Preachers</em>

Plus d'informations sur la page Facebook de The Greasy Hands Preachers. Pour visionner le film, rendez-vous sur la plateforme de VOD de Vimeo.

À voir aussi sur konbini :