AccueilÉDITO

Non, le gouvernement n'a pas fait une campagne raciste contre le racisme

Publié le

par Thibault Prévost

Eh bien non, la campagne choc du gouvernement qui explique que les Noirs en ont une grosse et que les roux puent n'existe pas. Babor Lelefan, qu'as-tu fait?

Remettons les choses au clair. En ces heures footballistiques, le gouvernement français a bel et bien lancé une campagne contre les préjugés racistes. Intitulée "#CoupdeSifflet", elle se compose d'une série d'affiches qui énumèrent les joyeusetés racistes proférées à l'encontre des différentes types d'êtres humains que l'on peut croiser dans notre bel Hexagone. Un choix risqué et évidemment clivant, qui a au moins cela de provoquer des remous sur les réseaux sociaux. Et, évidemment, de générer des parodies.

Mardi, une nouvelle série d'affiches a émergé sur Twitter, reprenant tous les éléments iconographiques de la véritable campagne. En allant néanmoins nettement plus loin dans les propos : "C'est bien connu, les Chinois mangent des nems aux labradors avant d'aller à l'usine pour construire des faux iPhone", dit l'une, tandis que l'autre s'exclame joyeusement que "c'est bien connu, les Noirs ont des énormes teubi [sérieusement, "teubi"?] et s'en servent pour manger du KFC en copulant avec des singes". Le tout surmonté du logo gouvernemental. Le pire dans l'histoire ? Beaucoup, beaucoup trop de gens y ont cru. Et beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de ceux qui y ont cru trouvaient la campagne bien foutue.

Derrière, point d'obscure réunion de communicants gouvernementaux déchirés au crystal meth, mais le compte de Babor Lelefan, le sympathique et jovial amuseur des réseaux sociaux, coutumier de photomontages en tous genres.

Comme toute personne dotée de pensée critique, le youtubeur a "halluciné" devant le "nombre de commentaires premier degré" de sa publication, au point de se  fendre d'un petit cours vidéo de détection des fake sur Internet.

Leçon 1 :  se rappeler que le sarcasme ne va pas de pair avec la communication gouvernementale. Leçon 2 : ne jamais faire confiance à une page dont la photo de couverture Facebook  présente deux éléphants en pleine sodomie. Leçon 3 : se remettre sérieusement en question. Surtout si, comme certains, vous trouvez le message "drôle" et les visuels "excellents".

À voir aussi sur konbini :