Google lance un "formulaire d'oubli"

Moins de deux semaines après un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne, Google a lancé un "formulaire d'oubli". 

Vous ouvrez votre navigateur web, qu'il se nomme Internet Explorer, Google Chrome, Safari, Opera ou Mozilla Firefox. Direction le moteur de recherche Google, fort, en 2008, d'une indexation de plus de 1000 milliards de pages. Là, vous tapez votre nom. Des résultats s'affichent. Certains ne vous plaisent pas. Désormais, Google vous offre la possibilité, via un "formulaire d'oubli" (déjà disponible), de les supprimer de la carte des résultats.

C'est depuis le jeudi 29 mai que la firme de la Silicon Valley, a développé un espace en ligne pour les citoyens Européens. L'idée : permettre aux internautes de proposer des liens "hors de propos, obsolètes ou d'une autre façon inappropriés" pour mieux les effacer. Pour que la demande soit validée, l'internaute doit soumettre des informations personnelles, comme par exemple une copie de sa carte d'identité.

Publicité

Et avant de ce faire, respecter trois critères :

a) Fournir l'URL de chaque lien renvoyé après une recherche Google sur votre nom et que vous souhaitez voir supprimé [...].
b) Expliquer, si ce n'est pas clair, en quoi la page en question vous concerne [...].
c) Expliquer en quoi le lien apparaissant dans les résultats de recherche est non pertinent, obsolète ou inapproprié.

Rien n'est dit quant au temps qu'il y aura entre la demande de suppression et la suppression effective des résultats, l'entreprise américaine soulignant juste son effort à "mettre en place dans les meilleurs délais notre procédure de demande de suppression".

Publicité

Aussi, Google ne précise pas quels sont les critères les plus importants pour qu'un résultat soit écarté des recherches.

Google dit oui à l'Europe

Ce formulaire destiné exclusivement aux Européens est une réponse de Google à un arrêt pris par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) le 13 mai dernier. Soit un arrêt intitulé C-131/12 « Google Spain SL, Google Inc. / Agencia Española de Protección de Datos, Mario Costeja González » donnant à Google la responsabilité de ses résultats et aux internautes la possibilité de contacter le moteur de recherche si des données vont à l'encontre de sa vie privée.

(Capture d'écran du formulaire d'oubli de Google)

(Capture d'écran du formulaire d'oubli de Google)

Publicité

Du coup, le moteur de recherche s'est mis en conformité avec l'arrêt, affirmant par le biais d'un porte-parole :

L'arrêt exige de Google de porter des jugements difficiles sur le droit d'un individu à l'oubli et le droit à l'information du public. Nous sommes en train de mettre sur pied un comité consultatif d'experts pour se pencher sur ces questions.

Consolidé par la CJUE, l'arrêt permet ainsi de remettre en cause des résultats jugés "inadéquats, pas ou plus pertinents ou excessifs". À noter que ce formulaire s'applique à toute l'Europe mais ce seront les organismes nationaux (la CNIL pour la France) qui se chargeront de sa supervisation.

Publicité

Derrière les demandes de disparition, Google devra juger de la pertinence et trouver un équilibre entre les données exclusivement privées et le droit du public à avoir accès à des informations d'intérêt public, comme des condamnations pénales. Le droit à l'oubli ne sera donc pas systématique mais pourra par exemple s'en prendre à la pratique du "revenge porn".

-> À lire : Première condamnation en France : c’est quoi le revenge porn ?

Par Louis Lepron, publié le 30/05/2014

Pour vous :