Google dévoile plein de nouveaux produits, mais snobe franchement la France

La conférence annuelle de Google s’est tenue hier à San Francisco. L’entreprise a présenté huit nouveaux objets, dignes étendards de son offensive hardware. Ce qu'il faut retenir : une orgie d'intelligence artificielle avec très peu de retombées en France. On vous présente cinq des huit produits annoncés.

Les deux téléphones (🇫🇷 : pas disponible !)

Publicité

Google avait initié son aventure hardwaro-mobile en 2010, avec le Nexus One. En ces temps reculés, la construction avait toujours été déléguée à des tiers (HTC, Samsung, Motorola etc). Fin 2016, Google lançait ses deux premiers téléphones mobiles développés en interne, le Pixel et le Pixel XL. Déjà, ces premiers Pixel n’avaient pas été commercialisés en France.

Présentés hier, les Pixel 2 (écran Oled 5 pouces, à partir de 649 dollars pour 64 Go de mémoire) et Pixel 2 XL (écran Oled 6 pouces, à partir de 849 dollars pour 64 Go) ne franchiront pas non plus les frontières hexagonales. Leurs principales fonctionnalités : ils intègrent Oreo, le dernier OS d’Android, proposent la carte e-sim (avec quand même un espace nano-sim) et se débarrassent, à leur tour, de la prise jack (il faudra utiliser le Bluetooth ou le port USB-C).

Bye bye le jack !

Publicité

Première fournée d’intelligence artificielle avec l’appareil photo de 12 mégapixels qui pourra, grâce aux algorithmes, reconnaître intelligemment certains objets et les isoler, comme par exemple des messages écrits, des tableaux ou des monuments. L’IA devrait aussi permettre d’optimiser la profondeur de champ pour les deux caméras. Les selfies gagneront donc en profondeur artistique.

La presse tech a globalement très bien réagi au produit phare de la conférence. Qu’il nous soit permis d’emprunter le mot de la fin à 01Net : "Ils font la synthèse de tout ce qui fonctionne chez la concurrence."

© Google

Publicité

La mini-enceinte intelligente et choupie (🇫🇷 : oui !)

Google avait lancé en France l’été dernier son premier assistant connecté, le Google Home, vendu 149 euros. L’objet est censé nous simplifier le quotidien. On peut par exemple lui demander quel temps il fait, d’effectuer quelques recherches simples sur Internet ou de diffuser un peu de musique. Google Home est-il vraiment utile ? Libération tentait d’apporter une réponse à cette question en août dernier.

Google a donc dévoilé hier le Home Mini, beaucoup moins cher : 59 euros. C’est le seul article dont le prix est exprimé en euros, puisque c’est le seul pour l’instant, qui foulera officiellement le territoire français.

Publicité

Il peut même vous aider à faire les courses. Chanmé. (© Google)

Les écouteurs intelligents (🇫🇷 : toujours pas)

Ils rappellent beaucoup les AirPods : voici les Pixel Buds. Connectés en Bluetooth, ils disposent de cinq à vingt-quatre heures d’autonomie selon l’utilisation et la manière dont on les recharge. Évidemment compatibles avec et optimisés pour Google Assistant, ils proposent une fonctionnalité complètement "wow" : la traduction simultanée en 40 langues, reposant sur les algorithmes de Google Traduction. Cependant, celle-ci n’est pour le moment compatible qu’avec le Pixel 2.

© Google

Des photos intelligentes (🇫🇷 : p’têt ben que oui, p’têt ben que non)

Petit objet inattendu dévoilé en fin de conférence : le Google Clip. Cet objet, destiné au "lifelogging", devra être posé intelligemment par son utilisateur, charge à l’appareil de prendre ensuite des photos intelligentes. Car, boosté également par des algorithmes pointus, le Google Clip pourra détecter les moments dignes d’être enregistrés (au passage d’un chien ou au sourire d’un humain) et les archiver automatiquement. La chose coûtera 249 dollars aux États-Unis. On ne sait pas encore si elle sortira en France.

© Google

N’ont pas été cités dans cette revue : l’ordinateur portable PixelBook (🇫🇷 : pas dispo), le Daydream View, un casque de réalité virtuelle (🇫🇷 : oui ! ) et le Google Home Max (un Google Home premium - 🇫🇷)

Par Pierre Schneidermann, publié le 05/10/2017

Pour vous :