Le film God of Mischief fait entrer le skate dans le métro new-yorkais

Avec Tengu : God of Mischief, le réalisateur Colin Reade sort le skateboard des sentiers battus, pour l'emmener sur des terrains inédits. Des rues des villes aux toits, et jusque dans les couloirs du métro new-yorkais. 

God of Mischief Le rider Koki Laoiza pris en photo par Allen Ying - (Crédit Image)

Le rider Koki Laoiza pris en photo par Allen Ying - (Crédit Image : 43 Magazine)

En mars 2013, cette photo avait fait le tour du net.

Publicité

Prise en 2011 par Allen Ying pour le magazine de skate 43, elle donnait à voir le rider Koki Laoiza sautant d'un quai à l'autre d'une station du métro new-yorkais. Le cliché, irréel et intriguant (parce qu'on en ignorait la source à l'époque) a rapidement été diffusé par de nombreux médias américains et européens. On apprend aujourd'hui qu'il a été pris lors du tournage du film Tengu : God of Mischief, réalisé par Colin Reade.

Du skate dans le métro — Tengu : God Of Mischief

Sur des toits d'abord (on se souvient d'une séquence du film plutôt impressionnante dévoilée en janvier dernier), puis dans les couloirs du métro new-yorkais, le long-métrage ne se limite pas à de "classiques" scènes de rue et semble être animé par une volonté de montrer du skate sur des "terrains" inédits.

Publicité

C'est dans ce cadre que Colin Reade et son équipe ont suivi une équipe de riders dans les couloirs, les rames, et les quais du métro new-yorkais. Utilisant le mobilier urbain, le détournant de son utilité première, ils s'amusent des marches, des tourniquets ou des bancs pour réaliser leurs figures. L'ultime séquence des trois minutes de vidéo est dédiée à ce "saut" au-dessus des rails. Pour donner un peu plus de corps à cette prouesse inédite.

À noter que pour la bande-son, comme le souligne Mass Appeal, Colin Reade a décidé d'utiliser les bruits du métro pour engager l'immersion du spectateur. Tengu : God of Mischief n'est pour l'instant pas disponible en entier sur Internet, bien qu'il soit possible de voir de nombreux extraits sur YouTube. On peut néanmoins le commander par ici.

Par Tomas Statius, publié le 24/06/2014