En images : après le festival Glastonbury, un océan de déchets

Trois jours après avoir déchaîné 175 000 festivaliers réunis sous le signe du rock, c'est l'heure du nettoyage pour Glastonbury. Et il s'annonce titanesque.

Glastonbury, trois jours de rock et de déchets (Crédits image : Bowler Hat)

Glastonbury, trois jours de rock et de déchets (Crédits image : Bowler Hat)

"Après moi, le déluge", aurait susurré Louis XV sur son lit de mort. Cette phrase pourrait devenir le leitmotiv du festival Glastonbury tout entier. Et pour cause. Après un week-end de concerts marqué par les performances de Dolly Parton, Arcade Fire ou encore Metallica, les 175.000 festivaliers accueillis non loin de Bristol s'en sont allés, laissant une véritable mer de déchets derrière eux.

Publicité

Selon le journal anglais The Metro, Glastonbury aura nécessité les paires de bras de 800 personnes pendant six semaines pour collecter les déchets et nettoyer les près de 5 km2 ravagés. Une opération qui coûterait 1 million d'euros selon la même source.

Parmi les ordures laissées sur place, on dénombrerait 11 tonnes de vêtements et de matériel de camping divers, auxquelles s'ajoutent :

  • 6 500 sacs de couchage;
  • 5 500 tentes;
  • 3 500 lits de camp;
  • 2 200 chaises de camping;
  • 950 tapis de sol;
  • 400 abris de jardin;
  • Près de 200 tonnes de déchets;
  • 9 tonnes de verre;
  • 54 tonnes de canettes et bouteilles plastiques;
  • 41 tonnes de carton;
  • 66 tonnes de ferraille.

En somme, Glastonbury est la preuve que les Anglais ne sont pas un peuple matérialiste. Bien sûr, ce n'est pas le seul festival en cause : il suffit de nous retourner vers les dégats occasionnés par les spectateurs du Reading Festival pour s'en assurer.

Publicité

La bonne nouvelle, c'est que les organisateurs de Glastonbury comptent recycler 60% de ces centaines de tonnes de déchets. Aussi, le terrain redeviendra un pâturage pour les bovidés du cru, jusqu'à l'année prochaine.

Ci-dessous, quelques tweets histoire de constater l'ampleur des dégâts :

Publicité

Publicité

Par Théo Chapuis, publié le 01/07/2014

Pour vous :