featuredImage

Khaleesi, Arya, Tyrion : quand Game of Thrones influence les prénoms des bébés anglais

En Angleterre, de plus en plus de parents affublent leur enfant d'un nom de personnage de série, Game of Thrones en tête.

game of thrones

L'heureux événement, enfin. Après neuf mois de galères, d'attente et d'angoisse, c'est bizarrement maintenant que vous angoissez. Vous êtes papa ou maman, très bien, mais il va falloir lui filer un prénom, au mioche. Celui qu'il donnera à ses profs, à chaque rentrée, écrit en belles lettres rondes sur une feuille A4 posée sur la table.

Celui que ses copains, en grandissant, ne manqueront pas de tordre, de retaper, pour en extraire ce qui deviendra son surnom ; celui par lequel viendront les rimes blessantes des comptines de collégiens, les haussements de sourcil des DRH, les approximations exotiques des locuteurs étrangers. Vous regardez votre nouveau-né dans sa couverture rose - c'est une fille, et ça y est, vous en êtes certain, le doute n'a plus sa place : elle s'appellera Khaleesi.

Le Bureau national des Statistiques britannique a publié comme chaque année ses données concernant les patronymes des nouveaux-nés d'Albion. Compilées par Mashable, elles continuent à offrir une perspective fascinante sur l'influence que peuvent avoir les séries télé sur la société contemporaine, Game of Thrones en tête.

En 2014, le Royaume-Uni a ainsi pu s'enorgueillir d'accueillir en son sein 53 Khaleesi, 9 Daenerys ou 244 petites Arya qui, à n'en pas douter, remercieront quotidiennement leurs audacieux géniteurs. Chez les mâles, le parangon de la virilité serait désormais synonyme de Tyrion ou de Théon, le nain et l'eunuque les plus célèbres de Westeros, selon 35 (jeunes) parents britanniques un peu trop accros à HBO. Vous souriez ? Le même phénomène se constate en France.

BN-post-image-2-v2

De X-Men aux sœurs Kardashian

Mais les héros de Game of Thrones ne sont pas les seuls à influencer leurs fans au point que ceux-ci affublent leur progéniture d'un prénom typique de la dernière mode des Sept Couronnes. Non, parmi les tendances constatées par le bureau des statistiques, celle de la série de Georges R.R. Martin compterait presque parmi les plus gentillettes (en compétition, toutefois, avec la recrudescence d'Elsa et d'Anna, venues directement du dessina animé La Reine des Neiges).

Car d'autres parents font encore plus exotique.

BN-post-image-8

Allez par exemple interroger les 2813 Logan fraîchement baptisés en 2014 dans, disons, quinze ans : sauront-ils que leur prénom vient à la fois d'un personnage des X-Men hyper badass et d'une bagnole low cost ? Pas dit. Et allez, en tant que parent, raconter à votre adolescente en pleine crise identitaire que si elle s'appelle Khloe avec un K, c'est à cause d'une héroïne de télé-réalité des années 2010... comme ses sœurs, Kendall et Kim.

Mais les meilleurs (et futurs frères ennemis de la cour de récré) sont certainement les petits Messi et Ronaldo (avec un net avantage pour Ronaldo, par 11 baptêmes à 4), qui démarrent dans la vie avec un sacré poids à porter sur leurs frêles épaules encore dénuées d'identité propre. Après tout, ils n'y peuvent rien, les pauvres... mais on ne choisit pas ses parents.

Par Thibault Prévost, publié le 18/08/2015

Copié