AccueilÉDITO

Le Gabon vient de démanteler un énorme trafic d’ivoire, connecté à Boko Haram

Publié le

par Olanrewaju Eweniyi

L’organisation terroriste viendrait, semble-t-il, d’avoir perdu une de ses sources de financement.

En 2014, le groupe terroriste Boko Haram est devenu tristement célèbre suite au kidnapping de 276 lycéennes nigérianes. Grâce à l’intervention de plusieurs personnalités comme Michelle Obama, l’incident avait été très médiatisé, révélant le caractère ignoble de cette organisation, dont on a jamais connu toutes les sources de financement.

Car en dépit de la pauvreté de la région nord du Nigeria où 70 % de la population vit avec moins d’un dollar par jour, les membres de Boko Haram semblaient disposer d’une quantité infinie d’armes, de véhicules, de bombes et de munitions.

Deux ans d’enquête

Un élément de réponse a fait surface cette semaine, grâce à une enquête menée par un pays voisin, qui n’avait pourtant rien à voir avec Boko Haram dans un premier temps. Le 18 janvier 2018, le gouvernement du Gabon a en effet annoncé avoir démantelé le plus grand réseau de trafic d’ivoire jamais découvert dans le pays, jugé responsable de la vente et de la livraison de six tonnes d’ivoire à travers le continent.

Une découverte qui fait suite à deux ans d’enquête dans le cadre de l’opération Nzok, et qui a abouti à l’arrestation d’un Tchadien du nom d’Abdoulaye Mohamoud Ibrahim et de huit autres individus, dont certains membres de sa famille. Selon le New York Times, les autorités gabonaises affirment que l’analyse des ordinateurs et des téléphones portables des inculpés a révélé leurs liens avec Boko Haram.

Le trafic d’ivoire est la cause principale de la disparition des éléphants de forêt, dont le Gabon abrite la plus large population au monde. Des gorilles, des babouins et des hippopotames peuplent également ce pays, considéré comme l’une des nations les plus luxuriantes de la planète, avec 80 % de son territoire constitué de forêts. Si sa gestion du pouvoir est critiquée, M. Bongo, le président du Gabon, est par ailleurs loué pour sa politique en faveur de la protection de l’environnement.

En plus d’avoir interdit la pêche commerciale le long de ses côtes, créant de fait une des plus grandes zones maritimes protégées du continent africain, il a aussi renforcé les moyens des agences des parcs nationaux et se rend régulièrement à des sommets sur le climat.

Accusés de trafic d’ivoire et de pattes d’éléphants, les membres du réseau démantelé vont aussi être jugés pour crimes en bande organisée.

Traduit de Konbini Nigeria par Sophie Janinet

À voir aussi sur konbini :