La fresque la plus connue de Berlin s'est suicidée dans la nuit

Le street-art berlinois a perdu une fresque emblématique, oeuvre de l'artiste italien Blu. L'identité de la personne qui l'a recouverte de peinture noire est désormais connue, et surprenante.

1

Ce mur n'est désormais plus recouvert de la célèbre fresque berlinoise de l'artiste Blu, qui a été recouverte de peinture noire dans la nuit. Crédit photo : Flickr CC By 2.0 Frank M. Rafik

Ce matin, les Berlinois ont l'Instagram triste. Dans la nuit du 11 décembre, deux mystérieux véhicules se sont posés dans l'ancien squat de la Curvy-Brache à Kreuzberg et ont entièrement recouvert de noir la célèbre fresque de l'artiste italien Blu, emblématique du street-art berlinois.

Publicité

Les passants éberlués prennent tous en photo les deux gigantesques pans de murs désormais vides.

2

Voici ce que les Berlinois ont découvert. Crédit photo : Vincent Glad

Jeudi soir, les premières photos de l'opération commando ont commencé à circuler sur Twitter.

Publicité

Beaucoup ont pensé dans un premier temps que le coup de pinceau était signé de la mairie ou de l'investisseur munichois qui a racheté la parcelle. La Curvy-Brache est un immense terrain vague au bord de la Spree, en plein coeur du Kreuzberg gentrifié. Jusqu'à septembre dernier, le squat était habité par une sorte de communauté hippie sans cesse troublée par les nombreux touristes venus photographier cet étrange endroit sublimé par les fresques de Blu.

Publicité

Le 19 septembre, un incendie s'est déclaré sur le squat dans des conditions troubles. Quelques jours plus tard, le terrain était rasé et ses habitants évacués. Il ne manquait plus qu'à évacuer les deux immenses oeuvres de Blu, qui ne s'accordent pas franchement avec le projet immobilier prévu. Une pétition sur Internet avait recueillie plus de 7 000 signatures pour sauver la fresque de Blu, en demandant son classement en "monument historique".

Et puis de nouvelles photos ont été postées dans la nuit sur Twitter.

Publicité

Et l'artiste tua son oeuvre

Le doigt d'honneur restant ne faisait plus aucun doute : la rumeur qui commençait à circuler avait raison, c'est bien l'artiste lui-même qui a fait recouvrir sa propre fresque. Quelques heures plus tard, il ne restait plus rien des deux oeuvres de Blu.

L'artiste, inquiet du projet immobilier, a préféré détruire son oeuvre avant que d'autres s'en occupent à sa place ou tentent de l'exploiter commercialement. Le geste est désespéré mais pas illogique : le street-art est par nature éphémère.

Au moins, Blu aura-t-il signé une dernière oeuvre sur la Curvy-Brache, encore plus passagère, dont seules quelques Twitpics se souviennent : ce doigt d'honneur brandi vers la mairie qui sacrifie cette parcelle du Berlin alternatif à des investisseurs.

Un internaute de Reddit fait le rapprochement entre ce Blu désormais noir et un wagon du S-Bahn berlinois (le RER local) qui avait été repeint quelques jours plus tôt tout en noir. Était-ce le signe annonciateur du suicide artistique de la Curvy-Brache ? Séduisante mais invérifiable théorie.

Voilà en tout cas à quoi devrait ressembler l'ancien terrain vague dans quelques années. Kreuzberg meurt à petit feu.

3

Crédit photo : Tchoban Voss GmbH

Tout n'est cependant pas perdu, il reste une autre fresque monumentale de Blu à Berlin, à quelques centaines de mètres, à côté de l'Oberbaumsbrücke.

Crédit photo : Flickr CC By 2.0 Marta Nimeva Nimeviene

Crédit photo : Flickr CC By 2.0 Marta Nimeva Nimeviene

Par Vincent Glad, publié le 12/12/2014

Copié

Pour vous :