Franciliens, le ticket de bus par SMS arrive (doucement) dès le 1er septembre

Pour anticiper la fin du ticket de transport parisien, prévue pour 2021, l’Île-de-France expérimente à son tour un nouveau moyen de paiement : le ticket par SMS.

(© Getty)

Qu’on se le dise, le ticket de transport en carton vit ses dernières années. Alors que du côté du transport parisien, la RATP et le syndicat de la mobilité d’Île-de-France (IDFM) ont déjà annoncé la mort du ticket de métro pour 2021 et la mise en place de solutions alternatives numériques, comme la carte rechargeable ou le ticket par smartphone dont les tests commenceront dès cet automne, IDFM pense également aux réseaux de bus de la région.

Publicité

Selon les informations du Parisien, publiées fin juillet et exhumées ce 28 août par Numerama, des "tickets SMS" seront disponibles à la vente dès le 1er septembre prochain sur "plusieurs réseaux de la grande couronne", qui desservent différentes zones franciliennes. L’expérimentation durera quinze mois et concernera dans un premier temps les réseaux de Versailles (Keolis), Beauchamp (Cars Lacroix), Roissy (Filéo), Evry (TICE), Provins (Noctilien SNCF), Nemours (Transdev) et la vallée de l’Oise (Ceobus).

Le système, qui fonctionne déjà dans plusieurs villes de province comme Rouen, permet à l’usager d’acheter un ticket de transport en envoyant un code par texto, l’opérateur vous renvoyant immédiatement un titre de transport valide. La facture vous est ensuite décomptée sur votre facture téléphonique. Pour le moment, IDFM a conclu des accords avec Orange, Bouygues et SFR – désolé pour les utilisateurs de Free.

L’idée, pour IDFM, n’est pas seulement de faciliter les interactions des voyageurs avec leurs réseaux de transport mais aussi de réduire la fraude appelée "passive" – ces usagers qui prennent le bus gratuitement faute de monnaie – et "réduire l’impact de la vente à bord sur les vitesses commerciales des lignes à forte fréquentation" – en langage vernaculaire, ne plus obliger les bus à rester à l’arrêt pendant dix minutes le temps que tout le monde achète son ticket au conducteur.

Publicité

Et surtout, amis Franciliens, un système merveilleux pour éviter les amendes à la fraude, puisqu’il suffira désormais de quelques secondes pour générer un ticket d’urgence en cas de visite inopinée. La mort du ticket de transport n’en est que plus attendue.

Par Thibault Prévost, publié le 29/08/2018

Pour vous :