France - Suisse : le grand n'importe quoi des réseaux sociaux

Les 93 minutes du match de l'Équipe de France face à la Suisse n'ont pas seulement été démentes sur la pelouse du stade de Salvador de Bahia. Sur Twitter, un brin de folie a aussi parcouru les internautes, particulièrement inspirés. 

Lors de France - Honduras, les internautes se sont échauffés via une rencontre "exceptionnelle" : un hymne national qui ne voulait pas se lancer, le premier but de l'histoire du football accepté grâce à la technologie et un Mathieu Valbuena dont la taille servait à mesurer la hauteur d'un drapeau de corner.

Pour ce France - Suisse qui s'est avéré être un très beau match, près de 3,2 millions de tweets ont été générés autour de la rencontre. C'est mieux que le premier match de la France mais loin derrière une affiche beaucoup moins fleuve : Italie contre le Costa Rica.

Publicité

Ce vendredi 20 juin, avant même que le ballon ne prenne la direction du rond central, un tweet a vite fait de tout remettre en cause : la logique footballistique, la Coupe du Monde 2014, le Brésil. FIFA, tremble.

L'entraineur suisse au pilori

17ème minute : la France obtient un corner. Giroud relance le ballon de la tête vers le cages du gardien suisse : l'attaquant d'Arsenal ouvre le score. La minute suivante, c'est Blaise Matuidi, servi par Karmi Benzema, qui inscrit en toute tranquilité un deuxième but.

Publicité

Les internautes français se réveillent et usent de leur humour pour ne pas rater l'entraineur suisse. Sa stratégie comme ses futurs plans sont déjà imaginés. On a déjà droit à l'illustration de ce qu'on appelera son "carnet de tactique" :

Puis à cette liste de courses improbable :

Publicité

Un troisième but vite détourné

40ème minute : Valbuena marque un troisième but. Se dirigeant vers les tribunes, Giroud veut fêter ça. Derrière lui, Mathieu Valbuena qui le suit en courant. Giroud fait mine de l'attendre en lui indiquant son dos.

Ça donne une série de détournements dont Twitter a le secret, entre Chérie, j'ai rétréci les gosses et Game of Thrones.

Publicité

Pendant ce temps à Vera Cruz

Bien que Samir Nasri et Frank Ribery ne soient pas sur le terrain, les internautes ne les ont pas oubliés. Alors que la mi-temps a sonné et que la France mène 3 à 0, un petit tweet ne passe pas inaperçu, partagé plus de 2000 fois :

La Suisse répond

Deux autres buts vont être inscrits par Benzema puis le milieu de Newcastle, Moussa Sissoko. On est à la 73ème minute et les Suisses ont mal. Mais le compte Twitter Football Suisse n'hésite pas à prendre le résultat avec humour. Immigration et argent sont ses crédos.

Au même moment, on apprend que le drapeau suisse a été modifié au regard du score affiché sur l'écran de télévision. Adopté le 12 décembre 1889, il voit ses couleurs être inversées pour mieux correspondre à la Croix-Rouge. À noter qu'à l'origine du drapeau de la nation, la croix blanche était inscrite (notamment) sur les sceaux des régiments suisses qui étaient au service... de la France. On dit ça, on ne dit rien.

Pendant ce temps là, de l'autre côté du terrain

Un match de tennis

Fin du match : la Suisse réduit le score à l'aide d'un coup franc inscrit par Blerim Dzemaili. On est à 5-1 et le journaliste Nicolas Vilas a une idée : et si on faisait rentrer le joueur de tennis helvète Roger Federer ? Set et match.

La cacophonie du sixième but

Quelle mouche a piqué l'arbitre de siffler la fin du match alors qu'une action était en cours ? Alors que trois minutes de temps supplémentaire avaient été accordées en fin de match, voilà que Karim Benzema, quelques secondes avant la 93ème minute, inscrit un but.

L'incompréhension règne du côté des alertes du quotidien Le Monde.

Enfin, l'explication que tout le monde attendait :

La partie se termine sur sept but marqués, un penalty raté et un but (suisse) refusé pour cause de hors jeu. Le compte Twitter Mondial de Foot résume à lui tout seul et en un seul tweet le bon cru du Mondial 2014. De 2,30 buts par match en 2006, on est passé à 2,96 buts par match en 2014.

Par Louis Lepron, publié le 21/06/2014

Pour vous :