AccueilÉDITO

Pour la première fois en France, il y a plus de femmes ministres que d'hommes

Publié le

par Anaïs Chatellier

En nommant Myriam El Khomri au poste de ministre du Travail, le gouvernement Valls devient le premier dans l'histoire de la France à comprendre plus de femmes ministres que d'hommes. 

Myriam El Khomri, nommée ministre du Travail le 2 septembre.

À 37 ans, Myriam El Khomri devient la benjamine du deuxième gouvernement de Manuel Valls. Après un an en tant que secrétaire d'État chargée de la Politique de la ville, la bretonne née à Rabat vient d'être nommée ce mercredi 2 septembre au poste de ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social.

D'abord considérée comme une "surprise" puisqu'elle ne figurait pas parmi les noms les plus souvent cités pour remplacer son prédécesseur François Rebsamen – critiqué il y a quelques mois pour un projet de loi considéré par plusieurs associations comme une menace pour l’égalité professionnelle femmes-hommes –, sa nomination est aussi symbolique pour la politique française.

En effet, en rejoignant Marylise Lebranchu, George Pau-Langevin, Fleur Pellerin, Sylvia Pinel, Ségolène Royal, Christiane Taubira, Marisol Touraine et Najat Vallaud-Belkacem, elle fait ainsi pencher la balance pour un gouvernement où les femmes deviennent majoritaires avec 9 ministres contre 8 hommes, le Premier ministre inclus. Une première en France !

De gauche à droite : Ségolène Royal (Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie) , Fleur Pellerin (Ministre de la Culture et de la Communication), Christiane Taubira (Garde des Sceaux, ministre de la Justice), Marisol Touraine (Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes).

Une première historique

Alors que les femmes commencent à arriver au gouvernement de la République dès 1936 avec le Front populaire, leur présence est très clairement minoritaire. En effet, comme le rappelle Le Parisien dans une infographie, "il y eut au total 3 femmes dans les gouvernements de la IIIe république". Même topo pour la IVème République alors que le droit de vote a été accordé aux femmes. On compte ainsi depuis la IIIème République, 121 femmes ministres au total, dont la majorité a exercé pendant la Vème République.

Les gouvernements Jacques Chirac et Raymond Barre sous Giscard d'Estaing puis de Pierre Mauroy et Laurent Fabius sous Mitterrand montre alors une légère progression avec six à sept femmes ministres. Il faudra attendre encore quelques années pour que la parité soit respectée, même si entre-temps, Edith Cresson devient la première et l'unique à ce jour Premier ministre avec un passage éclair entre 1991 et 1993.

C'est donc la première fois que le nombre de femmes ministres est plus élevé que celui d'hommes. Pour autant, les postes dits "régaliens" restent occupés par des hommes – Laurent Fabius aux Affaires étrangères, Bernard Cazeneuve à l'Intérieur, et Jean-Yves Le Drian à la Défense – rappelle Le Parisien.

Seule Christiane Taubira en tant que ministre de la Justice fait figure d'exception. Si, de son côté, Myriam El Khomri n'occupe pas un poste régalien, elle a été chargée d'un des dossiers les plus sensibles en vue de la présidentielle 2017 : tenter d'inverser la courbe ascendante du chômage ! Alors que certains sont déjà sceptiques quant à sa capacité à endosser une telle responsabilité du fait de son âge, sa nomination restera symbolique.

À voir aussi sur konbini :