France 4 vous introduit à la slow TV avec "Tokyo Reverse"

France 4 diffusera 9 heures de déambulation inversée dans Tokyo, un programme de slow TV, ce format expérimental que la chaîne publique expérimente ce soir.

L'objectif de Simon Bouisson, fixé neuf heures durant sur la démarche inversée de Ludovic Zulli (Crédits image : Le Monde)

L'objectif de Simon Bouisson, fixé neuf heures durant sur la démarche inversée de Ludovic Zulli (Crédits image : Le Monde)

Connaissez-vous la slow TV ? Cette nouvelle manière de faire de la télévision risque de bousculer quelque peu vos habitudes. A des lieues de la logique du cliffhanger inhérent à la série télé depuis les années 80-90, la "téléscargot" a abandonné coups de théâtre et intrigues haletantes pour prendre son temps.

C'est cet étrange format inspiré des télévisions scandinaves que France 4 inaugurera ce lundi 31 mars au soir. A l'heure où Rizzoli & Isles rivaliseront d'ingéniosité dans leur enquête, où les Hostages de Canal+ vont faire passer une soirée riche en émotions fortes à leurs téléspectateurs, où Top Chef dispensera protéines, interviews et publicités pour de la margarine allégée, France 4 prendra l'audimat à contrepied.

TOKYO REVERSE from Simon Bouisson on Vimeo.

A contrepied, c'est le cas de le dire : le programme Tokyo Reverse, ce soir à partir de 20h45, suivra un type, air illuminé et casquette vissée sur la tête, qui déambule dans Tokyo alors que toute la cité va dans l'autre sens. Les Tokyoïtes reculent, le temps s'inverse, les trains reviennent dans les gares, la vapeur retourne dans le bol de riz et les vagues prennent forme petit à petit sur la plage avant de se perdre au large.

Pendant 9 heures d'affilée, les téléspectateurs sont invités à suivre Ludovic Zuili, 28 ans, qui a déambulé seul dans la capitale nippone... mais à reculons. C'est Simon Bouisson, son partenaire, qui l'a filmé durant son anti-périple. Le jeune réalisateur commente : "La SlowTélé a quelque chose de fascinant pour le spectateur, elle transforme le petit écran en une nouvelle fenêtre sur le monde".

L'instant norvégien

Et c'est exactement ce qu'en pensent les téléspectateurs qui l'ont déjà expérimentée. En 2009, la télévision norvégienne tente le pari de retransmettre à l'antenne un voyage en train, quasi in extenso. Un prétexte : le centenaire de la ligne ferroviaire Bergen-Oslo. La direction de la chaîne NRK2 est séduite : en plus d'être inédite, cette émission ne coûtera pas cher. Antenne d'un groupe audiovisuel public, NRK2 saute le pas de l'expérience et réussit son pari : 1,2 million de téléspectateurs suivront ce voyage de 7 heures et 16 minutes. A savoir : il y a 5 millions d'habitants en Norvège.

L'émission de slow TV, aux antipodes des codes classiques de la télévision catchy et populaire, criarde et tape-à-l'oeil, est un carton d'audience comme jamais vu. "C'est de la télé-réalité au sens littéral du terme: quelque chose d'authentique, que l'on montre en temps réel et sans condensé", explique à l'Express Rune Moeklebust, directeur d'unité de programme chez NRK. La petite chaîne s'est alors éprise de slow TV et a déjà transmis l'intégralité du parcours d'un paquebot (six jours de barbotage entre les fjords) et un programme de 8h de tricot en temps réel.

Illustration sonore en direct

A l'écran, ce long-nez fera découvrir Tokyo d'une manière simpliste et décalée, à contre-courant, "l'occasion de se poser, de se détendre, de méditer" comme témoigne Arve Hjelseth, sociologue à l'Université de Trondheim. En fond sonore, Francesco Tristano accompagnera les tribulations d'un jeune Français à Paris de ses talents de pianiste, en direct devant le film, neuf heures durant.

Le musicien jouera depuis le Club la Bellevilloise à Paris 20ème. Cette démarche fait déjà référence au score du film Ascenseur pour l’échafaud, "conçue pendant une projection, et dans l’instant, par Miles Davis en 1957", comme le rappelle Le Monde. A voir si Ludovic Zuili aura une démarche plus rythmée que celle de Jeanne Moreau, dont le trompettiste s'est tant plaint à l'époque.

Pratique :

Pour suivre Tokyo Reverse, c'est ce soir à partir de 20h45 sur la chaîne France 4. Mais aussi sur Twitter et Instagram. Partenaire, la radio Nova diffusera quelques heures de l'improvisation pianistique de Francesco Tristano de minuit à 5h55 du matin.

Par Théo Chapuis, publié le 31/03/2014