featuredImage

Étude : qui sont les 34 millions de gamers français ?

Le CNC publie une étude sur les gamers français. Ils sont nombreux, pas si jeunes que ça et sont loin de ne concerner que les hommes.

Passion jeux vidéo

Passion jeux vidéo

Combien y'a-t-il de gamers en France ? Quel est leur âge moyen ? Y'a-t-il plus d'hommes que de femmes, et si c'est le cas jouent-ils le même temps quotidien ?  Le Centre National du Cinéma et de l'Image Animée (CNC) veut mieux connaître la population des fans de jeux vidéo. L'organisme de financement de la production audiovisuelle en France (et donc d'une partie de ses productions vidéoludiques) a publié mardi 18 novembre une nouvelle étude sur la consommation de jeux vidéo des Français. Son résumé en pdf se découvre par ici.

Réalisée par TNS Sofres entre le 13 et le 25 septembre 2014, l'étude se base sur un sondage réalisé auprès d'un échantillon de 2 800 Français âgés de 6 à 65 ans. Sa synthèse globale est la suivante : "la population de joueurs de jeux vidéo (tous types de jeux vidéo) est plutôt masculine, jeune, inactive et parisienne". Tiens donc. Reprenons plutôt point par point cette étude pour mieux comprendre.

À peine plus d'hommes que de femmes

71,2% des citoyens français des 6 à 65 ans jouent aux jeux vidéo, soit 33,9 millions d'individus. Surpris ? Vous ne devriez pas : au vu de la méthodologie de cette étude, pas besoin d'être un hardcore gamer de MMORPG ou le propriétaire de consoles nouvelle génération pour être répertorié comme tel : le moindre Candy Crush Saga installé sur votre smartphone fait de vous un joueur – de fait, il s'agit d'un jeu vidéo.

La pénétration du jeu est plus importante chez les hommes que chez les femmes, (76,7 % contre 65,9 %). Ainsi, rapportés à la population totale des joueurs, les hommes sont majoritaires (53,1 %), mais pas tant que ça. En terme de tranches d'âge, 77,4% des 6-9 ans, 89,1% des 10-14 ans et 71,7% des 15-24 ans jouent aux jeux vidéo. Cette proportion chute à 54,7% chez les 35-49 et 35,6% chez les 50-65 ans. Comme quoi nos aînés ne lâchent pas la manette si facilement.

En valeurs absolues, les adultes restent plus nombreux à jouer que les enfants. 60,1% des gamers ont plus de 25 ans et 43,4% ont entre 25 et 49 ans. Seuls 21% d'entre eux ont moins de 15 ans. En fait, le joueur moyen aurait 31,5 ans.

Selon l'étude, plus d'une femme sur deux joue aux jeux vidéo

Selon l'étude, plus d'une femme sur deux joue aux jeux vidéo

Finalement, il n'y a pas de catégorie socio-professionnelle qui soit allergique aux jeux vidéo. Selon le graphique reproduit ci-dessus, le jeu vidéo aurait un taux de pénétration de 57,4% chez les CSP+, de 52,3% chez les CSP- et de 64% chez les inactifs – parmi lesquels ont a compté les moins de 15 ans, qui eux bénéficient d'un taux de pénétration élevé (83,9%). Le Monde rappelle que pour l'Insee, les inactifs sont "les personnes qui ne sont ni en emploi (BIT) ni au chômage : jeunes de moins de 15 ans , étudiants, retraités, hommes et femmes au foyer, personnes en incapacité de travailler, ...".

Parmi ces joueurs, près de la moitié d'entre eux (48,9%) déclare jouer quotidiennement tandis que 37,9% d'entre eux jouent de façon hebdomadaire. Plus de la moitié du total joue entre 30 minutes et 2 heures par session de jeu, avec 14,3% d'entre eux déclarant s'y abandonner de 3 à 8 heures (et 4,6% de grands malades y passer plus de 8 heures).

Les joueurs sur smartphones en hausse

Preuve que les jeux mobile se sont durablement implantés, un tiers des joueurs (33,8%) joue en mobilité, particulièrement les plus jeunes : chez les moins de 25 ans, la proportion s'élève à 41,3%. Si l'ordinateur est le principal support de jeu (67,5%) suivi par la console de salon (50,9%), le CNC note qu'en 2014, les smartphones (39,9%) et tablettes (31,2%) sont devenus plus populaires que les consoles portables (30,6%). D'ailleurs les adultes sont de mauvais élèves : ils sont 12,5% à déclarer jouer sur leur lieu de travail contre 2,7% des enfants qui jouent à l'école.

Plutôt complet, ce rapport s'intéresse même aux genres les plus prisés. En tête, les jeux de stratégie (33,9% des joueurs y jouent), suivent les jeux de rôle/aventure (33,2%) et les jeux d'action (27,7%).

Mais qu'est-ce qui motive les joueurs ? C'est tout bête : la recherche de divertissement est de loin la première raison, suivie par le fait de passer le temps. Viennent ensuite, loin derrière, d'autres motivations comme la stimulation de l'imagination ou la recherche de convivialité. Avec sa pénétration homogène de toutes les couches de la société, il n'y a plus aucun doute : le jeu vidéo a définitivement conquis la société française.

Par Théo Chapuis, publié le 21/11/2014

Copié