AccueilÉDITO

Ford vient de déposer un brevet pour des voitures de police autonomes

Publié le

par Thibault Prévost

Pour Ford, la voiture de police de demain pourra identifier un chauffard, le prendre en chasse et l’arrêter, le tout sans intervention humaine.

(© Gaumont)

La prochaine saison de Black Mirror est encore loin d’avoir commencé sa production que le présent parvient déjà à dépasser l’imagination de Charlie Brooker : le 24 janvier, le site spécialisé Motor1 a découvert et relayé un brevet déposé par le constructeur automobile Ford le 18 janvier dernier, concernant un prototype de voiture de police… totalement autonome.

Avant d’aller plus loin, rappelons que le monde des brevets est un monde magique où les rêves les plus fous peuvent parfois exister sous la forme de plans et d’équations résolues, mais ne sont en aucun cas un miroir de la réalité à venir. Déposer un brevet signifie simplement que vous avez eu une idée suffisamment farfelue pour que vous vous disiez qu’elle mérite bien d’être déposée avant qu’un autre un peu plus motivé ne fasse fortune dessus.

Alors, comment fonctionne une voiture de police totalement autonome ? Grâce à une intelligence artificielle (IA), évidemment. Selon les plans de Ford, l’IA en uniforme planquée sous le capot permettrait notamment à la bagnole d’agir comme un bête radar de circulation, seule ou en se connectant à d’autres mobiliers urbains 2.0 (feux de signalisation, caméras de surveillance, drones de circulation, etc.), pour identifier les conducteurs à risque.

Et c’est à partir de là qu’on plonge dans les eaux troubles de la SF à petit budget : à en croire Ford, la voiture pourrait ensuite prendre en chasse le suspect, communiquer avec lui en envoyant des messages à sa propre voiture, vérifier son identité à distance et même le verbaliser en estimant le montant à payer en fonction de l’infraction commise. Une sorte de bestiole mécanique hybride, à mi-chemin entre le radar mobile et Kitt, la bagnole de K2000.

Reste à savoir si l’IA qui contrôlera le véhicule sera elle aussi équipée d’un biais cognitif favorisant le délit de faciès et si ladite voiture pourra stopper un autre véhicule autonome à distance – oui, oui, comme dans Minority Report, exactement. Ce n’est évidemment pas pour tout de suite, mais c’est toujours bon de savoir que les géants de l’automobile réfléchissent déjà à des solutions pour faire de nos villes des environnements sûrs, où la robotique aurait pour de bon fait disparaître la criminalité routière. Le futur s’annonce des plus réjouissants.

À voir aussi sur konbini :