SHANGHAI, CHINA – NOVEMBER 12: (CHINA OUT) Alibaba CEO Daniel Zhang speaks at Shanghai Expo Centre after the Single’s Day Global Shopping Festival on November 12, 2017 in Shanghai, China. Alibaba Group generated RMB 168.2 billion (or USD 25.3 billion) of gross merchandise volume (GMV) in the Single’s Day Global Shopping Festival on Nov 11. (Photo by VCG/VCG via Getty Images)

Le "Black Friday" chinois a rapporté 22 milliards d’euros en une seule journée

Vendredi 11 novembre, le site de vente en ligne Alibaba a enregistré 22 milliards d’euros de bénéfices en une seule journée à l’occasion de la "fête des célibataires", équivalent chinois du Black Friday. Une opération commerciale sans précédent qui interroge sur les limites du consumérisme.

Shanghai, le 12 novembre 2017 : le directeur général d’Alibaba, Daniel Zhang, donne un discours au Shanghai Expo Centre. La veille, le groupe Alibaba Group a engrangé 168,2 millards de yuans, soit près de 22 milliards d’euros à l’occasion de la "journée des célibataires". (© VCG/VCG via Getty Images)

Si le concept du Black Friday américain ou du "super-vendredi" en France vous horripile, vous n’avez encore rien vu. Ce grand jour de soldes, qui a lieu chaque année un vendredi de novembre, marque le coup d’envoi de la période des achats de Noël. Avec des prix cassés sur tout et n’importe quoi, de l’électronique à la mode en passant par l’électroménager, pendant une courte journée où les achats se font principalement sur internet.

Publicité

Ce 11 novembre, une opération similaire se déroulait en Chine sous le nom de "fête des célibataires", comme chaque année depuis 2009. Une journée de shopping ahurissante qui a rapporté l’équivalent de 22 milliards d’euros de bénéfices au site d’e-commerce Alibaba (l’équivalent d’Amazon en Chine). Soit la plus grosse opération commerciale du monde et un record absolu de ventes en une seule journée. Par comparaison, le Black Friday américain n’avait dégagé "que" 2,8 milliards d’euros en 2016 rappelle Le Parisien.

L’équivalent du PIB de l’Afghanistan ou du Honduras

Jack Ma, le PDG d’Alibaba (et accessoirement l’homme le plus riche de Chine) peut être satisfait. Ce vendredi 11 novembre, son site de vente en ligne a atteint un chiffre d’affaires inégalé dans le monde en une courte période de temps.

À Minuit, heure de lancement de la fête des célibataires, le compteur s’affole. Au bout de 2 minutes, le montant total des achats affiche 1 milliard d’euros sur son site, puis 6,9 milliards en quarante minutes pour terminer 16 heures plus tard à 17 milliards d’euros et la journée à 21,7 milliards d’euros. Des chiffres tellement astronomiques qu’ils ne veulent pas dire grand-chose.

Publicité

Mais pour vous donner quand même une idée, en 24 heures, Alibaba a récolté cette année un montant équivalent au PIB de l’Afghanistan ou du Honduras. Une "fête" entrecoupée d’un show télévisé de quatre heures avec Nicole Kidman et Pharrell Williams en guests pour encourager des centaines de millions d’internautes chinois à dépenser leur argent.

Pharrell Williams est monté sur scène au côté du rappeur canadien Kris Wu, très connu en Chine, pour la fête des célibataires. (© VCG/VCG via Getty Images)

L’apologie du vide

La "fête des célibataires" ne repose sur aucune tradition en particulier et a été lancée par Alibaba en 2009 (on n’est jamais si bien servi que par soi-même) afin d’encourager les Chinois à dépenser pour compenser leur solitude ("1" signifiant "célibataire" et la date 11/11 en étant en toute logique le symbole créé de toutes pièces). Et visiblement, il y a beaucoup de solitude à compenser…

Publicité

Au-delà du jugement de valeur, ce type d’information ne fait que mettre en lumière la vacuité de nos sociétés fondées sur la surconsommation. Des opérations commerciales hors normes, des montants exorbitants, mais pas nécessairement plus de bonheur ni d’épanouissement personnel. Puisque chaque année la fête des célibataires en Chine bat les records de l’année précédente, on en déduit en toute logique que la solitude grandit proportionnellement à la courbe des achats.

Derrière tous les superlatifs du plus gros événement marketing du monde (et toutes les autres opérations commerciales du même type) se cache surtout une apologie du vide fondée sur un capitalisme outrancier qui ferait bien de nous faire réfléchir au sens que nous accordons à nos vies.

À lire -> Pourquoi 2017 doit marquer l’avènement de la déconsommation

Publicité

Par Jeanne Pouget, publié le 13/11/2017

Pour vous :