Des drones-lampadaires pourraient bientôt vous raccompagner la nuit

Une compagnie d'assurance anglaise a développé le projet Fleetlights, qui utilise des drones-lampadaires pour vous raccompagner chez vous le soir.

Le soir, souvent au cœur de l'hiver, la ville a parfois une sale gueule. En sortant de votre gare de banlieue, sur une place déserte et gelée, vous sentez que ces dix petites minutes à pied jusqu'à chez vous seront oppressantes. Ce sont les soirs où les ombres semblent plus noires qu'à l'accoutumée, où le silence stresse au lieu de détendre, ces soirs où l'on sent instinctivement que quelque chose peut arriver. Imaginez maintenant un avenir proche où, en sortant de cette même gare par cette même nuit glaciale, vous dégainez votre portable et commandez des drones-lampadaires pour veiller sur vos pas.

Publicité

En quelques minutes, les trois quadricoptères sont là, leurs faisceaux braqués sur vous, dans un chuintement de rotors. Vous avancez. Ils suivent, lucioles mécaniques et serviles en lévitation dans l'obscurité. Arrivé à votre porte, vous les désactivez. Ils s'en vont éclairer le chemin de quelqu'un d'autre. Cette vision futuriste (un peu flippante, quand même) a un nom, Fleetlights, et vient d'être présentée par la compagnie d'assurance britannique Direct Line. L'entreprise a indiqué avoir déjà testé les drones et mis le code en open source, afin que d'autres développeurs l'améliorent.

Pour le moment, cependant, le service ne peut pas encore être mis en place. À la manière des drones de livraison d'Amazon, sans cesse remis à demain, ceux de Direct Line doivent encore surmonter un grand nombre d'obstacles légaux. "Il existe encore des ambiguïtés dans la loi, particulièrement en ville", a expliqué Mark Evans, directeur du marketing chez la compagnie d'assurance, à FastCoExist. D'un autre côté, précise-t-il, le système a vocation à être utilisé dans les zones rurales, là où l'éclairage public est le moins présent, ce qui devrait faciliter son déploiement. Pour l'entreprise, le système Fleetlights pourra également se décliner en d'autres types de services, comme lors de catastrophes naturelles, pour rechercher d'éventuels survivants. En attendant, ils se contenteront de rendre les rues de demain (un peu) plus sûres.

Par Thibault Prévost, publié le 21/11/2016

Pour vous :