#FireChallenge ou l'inquiétant concept de "nek-immolation"

Les autorités américaines s'alarment d'un nouveau défi qui hante les réseaux sociaux : se filmer en train de s'immoler. Son nom sous une dénomination hashtag : #FireChallenge.

Internet est riche en stupidité, notamment dans le cas des défis délibérément dangereux. Ces concours de résistance à la douleur, afin de gagner quelques likes et de la e-credibilité, ne sont pas nouveaux. On connaissait les challenges de mangeur de cannelle, de piment, le jeu du sel-glaçon (considéré jusqu'ici comme un des plus dangereux), ou même le célèbre "Condom Challenge" (s'enfoncer un préservatif dans une narine et la récupérer au fond de sa gorge pour la faire sortir par la bouche, juste pour voir). Beaucoup pensaient que le nombre de victimes des neknominations aurait suffi à calmer ce genre de jeu en ligne. Or non, ils ont fait bien pire.

Le nouveau défi s'appelle #FireChallenge. Le concept est on ne peut plus simple : s'étaler un peu d'alcool à brûler ou d'allume-feu pour barbecue sur le torse (ou sur d'autres parties du corps), puis s'immoler par le feu. Le premier Fire Challenge a être apparu sur la toile date du 5 avril 2012.

Publicité

Posté par la chaîne 1BlazinEagle1, la vidéo compte aujourd'hui plus de 140 000 vues.

Si cet individu sera longtemps le seul à s'être montré accomplissant une telle performance, les choses s'accélèrent à partir d'avril 2013. Une vidéo hébergée sur Vine sort avec la première mention du hashtag aujourd'hui dédié, #FireChallenge, marquant le début sur les réseaux sociaux du brûlant concours.

Publicité

Depuis un an donc, les vidéos de "nek-immolation" se multiplient, assez discrètement. Peu osent sauter le pas et les vidéos sont beaucoup moins partagées que celles des autres défis que se lancent les internautes. À titre de comparaison, la vidéo du mangeur de cannelle cité plus haut comptabilise plus de cinq millions de vues, là où, il y a un mois, la vidéo de #FireChallenge la plus vue atteignait péniblement les 30 000 vues.

Un mort, des grands brûlés

Fatalement, ce qui devait arriver, arriva. Le 24 juillet, James Shore, 15 ans, décède des suites d'un challenge qui a mal tourné. Le lendemain, un autre adolescent de 15 ans se retrouve hospitalisé avec des brûlures au second degré. Ce dernier expliquera au site WKYT qu'il n'avait pas franchement réfléchi à ce qu'il faisait.

Les médias américains commencent à relayer l'information jusqu'alors quasi-inconnue par la plupart des internautes... et Facebook commence à supprimer les contenus liés à ce hashtag maudit – même s'il est facile de trouver plusieurs groupes publics et pages dédiés à ce curieux hobby sur la plateforme.

Publicité

Cité par KCTV5, chaîne d'information de Kansas City, le docteur Dhaval Bhavsar de l'Université du Kansas explique qu'il reçoit depuis le début de l'été une dizaines d'adolescents par semaine pour cause de brûlure, dont certaines au troisième degré, nécessitant une greffe de la peau parfois. L'effet pervers de tout cela, c'est qu'une des vidéos les plus utilisées pour montrer les dangers de ce jeu, "Fire Challenge Gone Wrong", aurait été vue plus de 80 000 fois en moins de 24 heures.

-> À lire : Le neknomination : le jeu Facebook stupide qui rend ivre

Publicité

Par Arthur Cios, publié le 31/07/2014

Pour vous :