Damian Marley va transformer une prison de Californie en plantation de weed

Quelques mois après le lancement de sa marque de beuh, Damian "Junior Gong" Marley a acheté un centre pénitentiaire pour y cultiver du cannabis.

Le nom "Marley" n’est pas associé qu’au reggae et aux royalties, mais aussi en grande partie à la marijuana. Bob Marley a en effet toujours plaidé en faveur des bienfaits du cannabis, et ses enfants ont naturellement pris le relais depuis sa disparition.

En février dernier, ils ont rejoint le contingent de célébrités qui se sont lancées sur le marché de la vente légale à des fins médicinales. Si Snoop Dog a opté pour une variété complexe avec des "notes d’agrumes" qui "booste la créativité", la marque Marley Natural propose un produit bio, plus à l'image de l'état d’esprit familial.

Publicité

Le plus jeune fils de Bob, Damian Marley, 38 ans, s’associe désormais à l’entreprise Ocean Grown Extract pour transformer une prison en plantation de cannabis. L’ancien centre pénitentiaire de plus de 23 000 mètres carrés va lui permettre de cultiver suffisamment pour arroser tout le marché californien.

En septembre, les Marley achetaient également une boutique de près de 300 mètres carrés dans le centre de Denver, juste en face du stade de la ville, ainsi qu’un entrepôt de 2 700 mètres carrés pour démarrer la production dans le Colorado avec leur partenaire local, Tru Cannabis.

Publicité

Évidemment, l'idée de convertir une centre pénitentiaire où étaient enfermés de simples consommateurs de weed en plantation de cannabis ne déplaît pas à Damian Marley. Il a récemment déclaré à Billboard magazine :

"Un grand nombre de gens se sont sacrifiés pour l’herbe et se sont retrouvés enfermés. Si cette initiative peut aider ceux qui ont besoin du cannabis pour se soulager médicalement tout en inspirant les gens, ce sera un succès."

Publicité

Son acquisition de la prison pour 4,1 millions de dollars (3,7 millions d'euros) est un soulagement pour la ville de Coalinga, qui se battait jusqu'alors avec une dette à hauteur de 3,3 millions de dollars (3 millions d'euros). L’entreprise va aussi créer des centaines d’emplois et payer des impôts considérables à la municipalité.

La production d’huile de cannabis (une forme de weed très utilisée dans le domaine médical) devrait commencer dans 60 jours et la première récolte devrait avoir lieu en janvier prochain.

Damian Marley, comme tous les défenseurs du cannabis, espère voir la Proposition 64 passer  en Californie le jour des prochaines élections (en plus de l'élection présidentielle, des centaines de scrutins locaux auront lieu ce jour-là). Cette proposition prévoit d’autoriser l’usage de la marijuana dans un but récréatif en Californie. Il y a quelques années encore, Damian Marley ne s’attendait pas a ce que la légalisation soit à l’ordre du jour :

Publicité

"Je n’imaginais pas que ça se déroulerait de cette façon. Bien sûr, c’est un but pour lequel nous avons travaillé dur depuis longtemps, avant même ma naissance. Peter Tosh chantait déjà 'Legalize it' par exemple. Notre culture toute entière a toujours tendu vers la légalisation, je restais optimiste, et c'est maintenant légal ici [au Colorado]."

Traduit de l'anglais par Sophie Janinet

Par Alexandra Phanor-Faury, publié le 11/10/2016

Copié

Pour vous :