Un festival en Chine tue des milliers de chiens et soulève l'indignation

Le Festival de Yulin réunit les amateurs de viande canine depuis un quart de siècle. Des milliers de chiens y sont tués chaque année. Mais faut-il blâmer les participants sans prendre en compte nos propres agissements ?

Bien que les humains mangent de la viande depuis des temps immémoriaux, le débat sur la consommation d'autres êtres vivants est toujours d'actualité. Doit-on manger les animaux ? Si oui, est-ce que nous pouvons manger de toutes les espèces ? Qu'est-ce qui nous permet de différencier ceux que nous sommes "autorisés" à manger des autres ?

En Occident, il est normal d'élever les poulets, vaches et cochons de manière industrielle. Mais si jamais vous avez l'audace de manger un animal considéré par la société comme étant une "petite boule de poils trop mignonne" comme les chats et les chiens, vous êtes quasiment sûrs de susciter la gène et l'incompréhension de vos proches.

Publicité

Chaque été à Yulin, une ville du sud de la Chine, des milliers de gens se rassemblent afin de célébrer le solstice d'été. Les festivités comprennent des barbecues et des frivolités diverses empruntées à la fête nationale américaine du 4 juillet. À un détail près : la viande servie est du chien.


Publicité

Yulin Dog Meat Festival Protest, Guanxi, China... by handinhandwithasia

Publicité

Le Festival de Yulin est une tradition depuis les années 1990. Les réactions des activistes allant à l'encontre du massacre sont tellement violentes que les organisateurs de l'évènement vont jusqu'à nier qu'il a eu lieu. Cependant, cette année est différente : les contestations proviennent non seulement des défenseurs des droits des animaux, mais aussi de ceux qui aiment les chiens.

Des millions d'outragés se rassemblent sous le hashtag #StopYulin2015 dans l'espoir d'empêcher environ 10 000 chiens d'être massacrés. Une pétition sur change.org a déjà rassemblé 1,5 million de signatures afin de mettre fin à cette tradition. Parmi elles se trouvent celles de célébrités comme Leona Lewis, Richard Marx ou l'acteur-réalisateur britannique Ricky Gervais.

Publicité

Vous avez dit hypocrisie ?

Bien que des règles visant à encadrer l'industrie de la production de viande soient en vigueur en Europe, les animaux y sont toujours maltraités. "L'humanité" avec laquelle les animaux sont élevés et tués en France fait débat, là où les méthodes d'abattement les plus répandues sont de trancher la gorge de l'animal ou de loger un clou dans sa tête grâce à un pistolet d'abattage.

Peut-être que vous êtes contre l'abattement des animaux, ou autrement dit, que vous faites partie des 2% de Français végétariens ou vegans - ce chiffre s'élevant à 9% chez nos voisins Allemands et 12% pour nos voisins Britanniques. Ou alors, vous pensez qu'élever de façon industrielle et tuer des animaux est normal.

Pendant ce temps, les chiens et chats errants sont euthanasiés chaque jour car les chenils et les refuges sont surpeuplés. La consommation moyenne de viande d'un Américain dépasse le double de celle d'un Chinois. Il est facile de dénoncer les autres sans prendre en considération ses propres agissements. Plus proche de nous, la Roumanie a voté une loi en septembre 2013 autorisant le massacre des chiens errants. 25 000 d'entre eux ont été tués à Bucarest seulement.

D'une certaine façon, exprimer son aversion pour la culture chinoise autorise à fermer les yeux sur sa propre culture, et même sur son propre frigo. Deux professeurs de l'université américaine de Stanford ont étudié notre notion de supériorité morale au sujet des différences culturelles. Ils ont établit une théorie appelée la "qualification morale", signifiant que nous détestons faire face aux méfaits auxquels nous contribuons et préférons ne pas les prendre au sérieux.

Des Chinois contre le festival de Yulin

Il serait facile d'étendre le cliché du Chinois mangeur de chien à toute la Chine, mais ce n'est tout simplement pas vrai. Ceux qui souhaitent la fin du Festival de Yulin ne se trouvent pas à des milliers de kilomètres de là, bien au contraire. Des groupes locaux tels que VShine Animal Protection Group et Duo Duo Animal Welfare Project condamnent cette célébration. Mais, après tout, il est bien plus facile d'ignorer tout ça, y compris notre propre problème avec la surconsommation de viande.

Par Lydia Morrish, publié le 21/06/2015

Copié

Pour vous :