AccueilÉDITO

Les 5 créations WTF vues à la Fashion Week de Paris

Publié le

par Manon Baeza

Ce mardi 3 octobre se clôture la Fashion Week de Paris, quatre semaines de mode qui ont été riches en émotions et à cette occasion, on vous a fait notre petite sélection WTF.

Ce mardi 3 octobre s’achèvent ces quatre semaines de la mode, et encore une fois, on en a eu plein les mirettes. Si Paris est réputée pour ses shows spectaculaires, la mode ne cessera pas de nous surprendre par son authenticité et son renouvellement. Comme à chaque Fashion Week, certains designers ont opté pour le côté poétique de la mode, tandis que d’autres ont plutôt misé sur l’originalité dont elle pouvait faire preuve. Parfois classique, parfois extravagante, une chose est sûre : la mode s’exprime et elle s’amuse.

C’est ce dernier point que nous avons décidé de mettre en avant. Si Paris est considérée comme étant plus sage que la capitale de la mode britannique, il faut quand même qu’elle arrive à faire vibrer ses spectateurs. Et pour faire vibrer, il faut marquer les esprits. Pour cela, rien de tel que des petites créations WTF, mais parfois discrètes, qui sauront attirer l’attention des instagrameurs et spectateurs.

Demna Gvasalia - directeur artistique actuel de Balenciaga - affolait Internet avec ses Crocs à plateformes, mais si la Toile s’est déchaînée, c’est tout simplement parce que ces emblématiques chaussures en plastique, c’est un peu l’histoire de tout le monde. Alors certes c’est laid, mais la saison dernière un duo de designers anglais a tout de même pensé certaines de ses créations à partir de pâtes, et on n’en a pas fait tout un plat. Pourtant, leur vision de la mode était, elle aussi, pour le moins atypique. Le mauvais goût revient en force alors tout est permis pour la fashion sphère. De Loewe à Rick Owens, en passant par Comme des Garçons, on vous a fait une petite sélection des cinq créations qui nous ont tapé dans l’œil pour leur singularité.

1. Les chaussures elfiques de Loewe

On adore Jonathan Anderson, il est certainement l’un des designers actuels les plus talentueux. Égal à lui-même, il nous dévoile une collection magnifiquement réussie mêlant sobriété, fluidité et douceur. Les coupes sont magistrales, les couleurs sont harmonieuses et les franges s’invitent sur de nombreuses pièces. Malgré cette franche réussite et tout l’amour qu’on lui voue, une chose a attiré notre attention.

Effectivement, à la vue de ces chaussures à l’allure elfique, la tentation d’esquisser un large sourire était bien trop grande. Si Rei Kawakubo l’avait déjà expérimenté en 2015, la surprise n’en était pas moins grande. Mais au final, il aura tout de même réussi à nous transporter dans son univers féerique, donc rien que pour ça, bien joué M. Anderson.

2. La mode expérimentale de Rick Owens, à son apogée

Ah Rick Owens ! Le créateur est réputé pour l’amour qu’il porte à l’expérimentation dans la mode et une fois de plus, il ne nous a pas déçus. Comme il sait si bien le faire, le designer s’amuse de la mode et la déconstruit pour mieux la reconstruire. Si la mode de Rick Owens fascine, elle ne se comprend pas pour autant aisément mais elle se regarde et s’admire. C’est sur l’esplanade du Palais de Tokyo que le designer a souhaité donner rendez-vous à ses spectateurs.

On y découvre des mannequins enrobés tels des objets, construits par des matières aux textures drapées. Se dégage une atmosphère lunaire, décrivant le monde d’aujourd’hui, entre espoir et chaos. C’est à la fin du défilé que l’on y découvre ses différentes créations complètement WTF dans des tonalités de gris, de blanc, de noir et de vert. Des pièces qui ne sont pas sans rappeler la robe de mariée version poupée russe de Yves Saint Laurent en 2002.

3. Les coupes de cheveux peluchées de Comme des Garçons

Comme à son habitude, Rei Kawakubo joue avec le volume, les couleurs et les motifs. La créatrice japonaise nous embarque dans un univers qui lui est propre et qui a su conquérir la fashion sphère depuis ses prémices. En effet, Rei Kawakubo s’est exprimée en qualifiant sa collection de "graffiti multidimensionnels", ainsi que nous le rapporte Fashionista. Et on comprend mieux cette description lorsque l’on découvre sa collection si structurale et indescriptible.

Ce qui nous saute aux yeux, c’est cette explosion de couleurs, ces multiples motifs mêlant BD, street art, fleurs et des impressions métalliques. Rei Kawakubo a fait du grand Kawakubo, laissant place à cette fougue extrême, qui comme toujours nous prouve à quel point le vêtement peut être une œuvre d’art. Des cheveux peluchés visant à nous donner une leçon sur le recyclage ? Qui sait, on ne comprend pas tout le temps mais on l’admire depuis toujours.

4. L’allure rebelle et piquante de Junya Watanabe

Junya Watanabe nous présente une nouvelle fois la rébellion dont sa mode sait faire preuve. Si ses aplats de motifs se réfèrent aux années 1960, l’esthétique punk est toujours au rendez-vous. À cette occasion, la maison finlandaise a choisi d’orner le crâne de ses mannequins de pics, qui s’avèrent être pour le moins conséquents. Parce que ce n’est pas nouveau que les coupes de cheveux et le maquillage participent à l’aspect spectaculaire de la mode, Junya Watanabe a décidé de le prendre au pied de la lettre.

L’effet est réussi car en aucun cas on n’aimerait être confronté ces mannequins, qui ont dû souffrir pour impressionner la foule. Parce que le too much n’existe pas pendant la Fashion Week, les pics, si caractéristiques du mouvement punk, n’étaient apparemment pas assez impressionnants autour d’un cou. On a quand même un peu mal pour elles.

5. Les Crocs à semelles plateformes de Balenciaga

Bien évidemment on gardait le meilleur pour la fin en matière WTF : les fameuses Crocs revisitées par Demna Gvasalia pour Balenciaga qui ont affolé la Toile. Et oui, qui l’eût cru ? Ces hideuses chaussures en plastique ont apparemment suscité une nouvelle fois la curiosité de la fashion sphère.

La raison ? On ne la connaît pas vraiment, on émet l’hypothèse que le luxe est de plus en plus attiré par le cheap et le mauvais goût. En revanche, une question nous taraude : le prix de ces fameuses Crocs à semelles plateformes. On a hâte de le découvrir car pour le moment il reste mystérieux.

À lire -> Fashion Week Paris : quand Balenciaga ressort les Crocs

À voir aussi sur konbini :