AccueilÉDITO

Facebook veut rendre votre compte immortel

Publié le

par Théo Chapuis

Facebook change sa politique concernant les comptes de personnes décédées : désormais, un "héritier" pourra être en charge de votre compte après votre mort.

Selon la CNIL, 1% des profils Facebook appartiennent à une personne décédée. Ce qui fait tout de même la bagatelle de 13 millions de profils. Sont-ils condamnés à subsister, fantômes de nos défunts amis, à jamais perdus dans les limbes du réseau social ? Le 12 février, Facebook annonce qu'il en serait autrement : il sera désormais possible pour un utilisateur de décider ce qu'il adviendra de son compte à l'heure de sa mort.

Jusqu'ici, la seule option possible lors de votre décès est, pour vos proches ou votre famille, de transformer votre compte Facebook en "profil de commémoration". Un profil à l'usage évidemment très limité, qui permet à vos amis de laisser des messages à votre mémoire sur le mur. Et c'est à peu près tout.

Un accès privilégié au profil de la personne décédée

Avec ce changement, Facebook propose désormais que vous désigniez un "héritier", ou un "légataire", soit "une personne que vous choisissez pour gérer votre compte de commémoration, le cas échéant", comme l'écrit la firme dans les Pages d'aides – tout en précisant que cette fonctionnalité n'est pas encore disponible en France.

Celui qui sera, en quelque sorte, "l'exécuteur testamentaire" de votre compte pourra changer votre photo de profil, accepter ou refuser les demandes d'amis et poster des messages. Mieux, cette personne aura la possibilité de télécharger un dossier archive des contenus que vous aurez publiés de votre vivant sur Facebook, comme les photos et les vidéos.

Impossible cependant de récupérer les messages privés, ceux-ci impliquant d'autres personnes. Le réseau social précise qu'il est possible de changer "d'héritier" quand vous le souhaitez. Le Monde note avec malice que rien n'est dit, en revanche, sur ce qui se passe si cette personne décède avant vous.

Mais le deuil est affaire intime, et chacun ne peut pas supporter de savoir le profil d'un proche décédé encore en ligne. Pour y pallier, Facebook promet alors qu'il sera possible de supprimer le compte après que la famille ou les proches lui auront fait connaître le trépas de cet ex-abonné. Pour l'instant, ce dispositif ne s'applique qu'aux États-Unis. Une première étape, comme souvent, avant de l'étendre au reste du monde.

À voir aussi sur konbini :