AccueilÉDITO

Facebook rétropédale après avoir censuré la photo d'un mannequin grande taille

Publié le

par Naomi Clément

Le réseau social avait bloqué la promotion d'un évènement féministe en raison d'une photo qui "expose le corps de manière indésirable", avant de revenir sur sa décision…

Cette photo du mannequin Tess Holliday a été utilisée par un groupe féministe pour promouvoir un évènement dédié à l'acceptation de son corps... ce qui n'a pas plu à Facebook. © Cherchez la femme

Il y a quelques semaines, Cherchez la femme, un groupe féministe basé en Australie, a créé sur Facebook un évènement annonçant la venue prochaine de "Feminism and Fat", une conférence dédiée à l'acceptation de son corps chez les personnes à forte corpulence, et au body positivity.

Désireuse de donner plus de visibilité à cet évènement sur Facebook, Jessamy Gleeson, l'une des fondatrices de Cherchez la femme, a alors décidé de booster l'évènement à travers un message promotionnel. "Cela m'arrive de booster les évènements parce que si je ne le fais pas, l'algorithme de Facebook fait que les annonces de nos évènements se perdent, et ne seront donc pas vues par beaucoup de personnes", a expliqué l'Australienne dans un post. Mais à sa grande surprise, Facebook a refusé sa requête.

En cause ? La photo de Tess Holliday en bikini, choisie pour illustrer l'évènement "Feminism and Fat". La plateforme de Mark Zuckerberg a en effet considéré que cette photo allait à l'encontre de sa "politique de santé et de forme", et qu'elle "exposait le corps de manière indésirable". Dans un message adressé à Jessamy Gleeson, Facebook s'est justifié en ces termes :

"Les publicités de ce genre ne sont pas autorisées car elles conduisent les utilisateurs à se sentir mal à propos d'eux-mêmes. Nous vous recommandons d'utiliser à la place une photo exposant une activité pertinente, telle que la course à pieds ou le vélo.

Votre post reste en ligne, mais ne sera pas diffusé en tant que publicité."

Facebook demande pardon

De quoi faire enrager le groupe féministe australien, qui a choisi de répondre le 19 mai dernier dans un post salé, rédigé par Jessamy Gleeson :

"Facebook a ignoré le fait que notre événement consiste à discuter du corps (et dans le cas de cet évènement, des corps à forte corpulence) et a à la place conclu que nous mettons les femmes mal à l’aise en postant la photo d’une mannequin grande taille. Nous sommes vraiment en colère."

Mais contre toute attente, lundi dernier, Facebook (sans doute inquiet de l'attention médiatique portée à l'affaire) s'est excusé dans un post, en expliquant que la photo de Tess Holliday en bikini respectait finalement sa politique :

"Notre équipe traite des millions d'images publicitaires chaque semaine, et dans certains cas, nous interdisons des publicités à tort. Cette image ne viole pas notre politique publicitaire. Nous nous excusons pour l'erreur et avons fait savoir à l'annonceur que nous approuvons cette publicité."

Malgré ces plates excuses, Jessamy Gleeson reste sceptique. Interrogée par The Guardian, elle explique ne pas se satisfaire de ces simples excuses, et souhaite que Facebook agisse davantage.

"Ils ont besoin de comprendre, de manière assez simple, que nous pouvons utiliser des images de femmes fortes pour parler de femmes qui sont heureuses, confiait-elle au média anglais. Qu'en est-il de tous les cas qui ne reçoivent aucune attention de la part des médias ? Ils ont eu tort dans des milliers d'autres cas, j'en suis persuadée."

À voir aussi sur konbini :