AccueilÉDITO

Facebook propose désormais ses "réactions" dans les commentaires, pour toujours plus de data

Publié le

par Thibault Prévost

Depuis le 3 mai, les emojis "réactions" sont désormais disponibles dans les commentaires Facebook. Histoire d’affiner encore votre profilage algorithmique.

Miracle des miracles, prouesse parmi les prouesses, il est désormais possible de répondre à un commentaire Facebook sans plus avoir à se servir du langage écrit, cet obsolète appareil de communication interpersonnelle devenu totalement encombrant depuis l’invention des GIF et de l’emoji. Hosanna au plus haut des cieux ! Les "réactions" sont désormais disponibles directement sous les commentaires de vos amis, parce que le "like" ne nous suffisait plus pour exprimer tout l’éventail d’émotions qui nous traverse à la lecture de chaque commentaire. Et puis après tout, qui prend encore le temps de réfléchir à une structure syntaxique, un choix de temps et une construction grammaticale quand les emojis "cœur", "aubergine" ou "pouce levé" sont là, prêts à être dégainés ?

La nouvelle fonctionnalité, qui vient tout juste de contaminer la version ordinateur de Facebook (préparez-vous, utilisateurs mobile, la contagion se propage), nous promet plusieurs changements dans notre navigation sur le réseau social, et aucun d’entre eux n’est particulièrement réjouissant. Visuellement, les fils de commentaires qui commençaient déjà à piquer les yeux entres mèmes, GIF, sous-chaînes et écriture texto vont devenir encore plus chargés (si, si, c’est possible), pollués par des grappes d’émoticônes criards, que l’algorithme de Facebook triera du plus au moins utilisé afin d’identifier en un coup d’œil le sentiment général vis-à-vis d’un commentaire, à la manière des notes dans les forums traditionnels. Ça s’annonce donc bordélique, à tout le moins. Et doit-on vraiment parler de données privées ?

Data. Data. Data. DATA. DATA.

Okay, parlons-en. Comme le résumait très bien un article de Slate paru lors du lancement des cinq émoticônes "réactions" en février dernier, tout ce que signifient ces outils pour Facebook se résume à "data, data, data, data et data". En passant du simple "like" aux "réactions", Facebook s’est offert le luxe d’affiner votre profilage par un facteur cinq sur chacune de vos interactions sous les posts. En infiltrant l’outil dans les commentaires, le réseau social cherche désormais à savoir, avec une précision maniaque, ce que vous ressentez à la lecture d’autres opinions que la vôtre. Pour, à la fin, cerner encore mieux vos goûts, vos opinions politiques, vos avis sur différentes questions de société, vos accords et désaccords, vos combats.

Réagir à un post est encore (relativement) impersonnel ; réagir à un commentaire, c’est réagir à la parole d’un autre être humain - une réaction beaucoup plus révélatrice de votre intimité. Utilisez donc les "réactions" avec parcimonie, en vous souvenant que chacune de vos actions est dûment enregistrée par un algorithme pour venir nourrir votre shadow profile, l’image que Facebook se fait de vous par déduction et qui lui permet ensuite de vous proposer une publicité toujours plus personnelle et ciblée. Vérifiez par vous-même l’étendue des pouvoirs de l’IA de Facebook en installant Data Selfie - vous verrez, ça calme. Et sérieusement, arrêtez d’utiliser ces emojis, tout le monde s’en fout - à part les régies publicitaires.

À voir aussi sur konbini :