AccueilÉDITO

À New York, une expo célèbre les vêtements "handmade" du mouvement hippie

Publié le

par Naomi Clément

Baptisée "Counter-Couture: Handmade Fashion in an American Counterculture", l'exposition, qui s'installera jusqu'au 20 août au Museum of Arts and Design, met en exergue le désir d'autosuffisance des hippies, et la façon dont ces derniers ont créé un artisanat qui continue à rayonner à travers le monde.

<em>Hippie Royalty on the Rocks.</em> Photo prise à Ibiza en 1969 par Karl Ferris, sur laquelle on découvre les designs en crochet 100 % faits main. (© Museum of Arts and Design)

Opposés aux valeurs consuméristes prônées par la société américaine et motivés par un désir d'autosuffisance, les hippies, apparus dans les années 1960 aux États-Unis, ont choisi de se démarquer du reste de la population (qu'ils appelaient d'ailleurs les "straights") en confectionnant une infinité de vêtements faits main : T-shirts tie and dye, robes en crochet, vestes à patchs, jeans brodés, couronnes de fleurs... les exemples ne manquent pas. Désireux de rendre hommage à ces habits, le Museum of Arts and Design (MAD) de New York consacre en ce moment une exposition entièrement dédiée aux tenues vestimentaires de la contre-culture hippie des années 1960-1970.

"La poursuite d'un style personnel constituait un outil transcendantal qui permettait l'auto-accomplissement, l'éveil spirituel et l'indépendance vis-à-vis des conventions, explique le musée sur son site. 'Counter-Cultures' expose ainsi des vêtements, des bijoux et des accessoires réalisés par des créateurs américains qui ont façonné une réalité qu'ils brûlaient d'envie d'atteindre, et ce en étant à la fois à la marge de la société et au centre d'une époque charnière." Et d'ajouter :

"Les objets exposés portent en eux la philosophie de cette génération qui s'est battue pour le changement en cousant, brodant, matelassant, patchworkant son identité. En plaçant le fait main au centre de leur révolution quotidienne, ces gens ont contribué à établir un artisanat folk à un moment clé pour le développement de l'artisanat américain tout entier."

À découvrir jusqu'au 20 août.

Dans les couloirs de l'exposition. (© Jenna Bascom/Museum of Arts and Design)

Photo prise en 1974 par Jerry Wainwright et tirée du livre <em>Native Funk and Flash</em>. (© Museum of Arts and Design)

(© Museum of Arts and Designs)

Le designer américain Kaisik Wong, photographié en 1974 par Jerry Wainwright. (© Museum of Arts and Designs)

À voir aussi sur konbini :