AccueilÉDITO

Rassurez-vous, vous pourrez bien voir les matchs de l'Euro en terrasse

Publié le

par Rachid Majdoub

Le secrétaire d'État aux Sports, Thierry Braillard, disait interdire la retransmission des matchs de la compétition sur les terrasses des bars. Avant d'être rapidement recadré par son ministre de tutelle. 

L'histoire fait en tout cas bien marrer Paul Pogba.

"Une retransmission sur une terrasse, c'est obligatoirement amener un rassemblement autour de l'écran. [...] Les forces de l'ordre n'ont pas les moyens de sécuriser cela."

Ce jeudi 9 juin, à la veille du match d'ouverture de l'Euro entre la France et la Roumanie, le secrétaire d'État aux Sports Thierry Braillard a dit "non" à toute retransmission d'un match de la compétition sur les terrasses des bars. Une interdiction aux allures de vaste blague mais pourtant sérieuse, pour des raisons de sécurité face à la menace terroriste.

Mais voilà, M. Braillard a fait auprès de BFM TV et RMC une "généralisation un peu hâtive", avant d'être rapidement recadré par son ministre de tutelle, Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, par la voix de son cabinet, contacté par L'Express :

"L'interdiction concerne uniquement les retransmissions de matchs sur écran géant, pour des raisons de sécurité, mais absolument pas les cafés."

Attirer du monde dans les fan zones

Pourtant, le secrétaire d'État aux Sports ne perdait pas le nord.

"Mieux vaut un site très sécurisé que laisser faire des milliers de personnes qui seront dans la ville et qui vont se rassembler de manière désorganisée, et là, pour les forces de l'ordre, c'est impossible. [...] On peut voir le match dans un endroit fermé à partir du moment où il y a une sécurité, mais on ne peut pas faire de rassemblement dehors."

Car derrière sa décision finalement contredite, une volonté : attirer plus de monde vers les fanzones. Des sites qui sont mis en place pour l'occasion avec "toute la sécurité possible pour que ce lieu soit un lieu de vie." Tout en restant une zone à haut risque, quand on sait que, sous la tour Eiffel par exemple, s'amasseront entre 90 000 et 120 000 portemonnaies personnes, pardon.

Même chanson à Marseille

Comme le rappelle L'Équipe, pratiquement le même cas s'est déroulé à Marseille, ce mercredi 8 juin, où une note de la mairie publiée publiquement interdisait l'installation "d'écrans" et de "comptoirs sur les terrasses".

Face à la colère des patrons, Marie-Louise Lota, adjointe à la mairie de Marseille chargée des emplacements publics, a calmé le jeu en évoquant "une note d'information" proposant des "conseils de sécurité". Pas d'interdiction formelle selon elle, donc.

À Marseille comme à Paris et dans le reste de la France, ces tentatives d'interdiction ne joueront très probablement pas les prolongations. À moins d'un but contre son camp du gouvernement, dans les arrêts de jeu. Même si, au milieu de tout cela, ce sont les patrons de bars, les fans et le soleil enfin de retour qui ont le pouvoir du sifflet.

À voir aussi sur konbini :