La vidéo de l’étudiante russe versant de la javel sur des hommes serait un fake

Ce féminisme "extrême" ne serait en réalité qu’une mise en scène.

(© YouTube - Capture d’écran)

Le 25 septembre dernier, Anna Dovgalyuk postait sur sa chaîne YouTube une vidéo qu’elle a qualifiée de "manifeste contre le manspreading". Elle mettait en scène Maria Rein, une amie mannequin, déversant un mélange à l’eau de javel sur l’entrejambe d’hommes pris en flagrant délit de manspreading dans le métro de Saint-Pétersbourg.

Publicité

La vidéo a connu un retentissement international et a été relayée par de très nombreux médias français comme internationaux, déclenchant dans le même temps la haine des internautes.

Des soupçons de mise en scène

Au moment de la publication de cette vidéo, Anna Dovgalyuk était déjà soupçonnée d’avoir mis en scène cette opération de happening dans le but de discréditer le mouvement féministe en suscitant de violentes réactions en commentaires de sa vidéo.

La jeune femme, également à l’initiative d’un happening de la même trempe en protestation contre la pratique de l’upskirting, refuse pourtant de se considérer comme féministe. De plus, le site russe PaperPaper.ru qui a décortiqué ses réseaux sociaux ne relève aucun message à caractère féministe avant la publication de ces deux vidéos. Enfin, dans la foulée de la publication de ces images, Stanislav Kudrin, que l’on aperçoit dans la vidéo, a assuré sur son compte VK, l’équivalent de Facebook en Russie, avoir été payé pour participer au tournage du happening.

Publicité

Un nouveau rebondissement

Hier, le site EU VS Disinfo, dont le but est de lutter contre la désinformation pro-Kremlin, affirme que cette vidéo ne serait en réalité qu’une mise en scène de propagande pro-Russe.

En effet, en parallèle de la publication sur la chaîne YoutTube d’Anna Dovgalyuk, la vidéo a été publiée sur la page Facebook de In the Now, accompagnée du titre racoleur "COMBATTRE LE MANSPREADING… AVEC DE L’EAU DE JAVEL" et du commentaire suivant : "C’est un moyen plutôt extrême de combattre le #manspreading". La vidéo a été vue 6,6 millions de fois.

Publicité

In the Now est une plateforme spécialisée dans la publication de vidéos virales qui appartient à la holding Russia Today, "une chaîne de télévision associée un site d’information, financée par le pouvoir russe, créée en 2005 dans le but de donner une image plus favorable de Vladimir Poutine à l’étranger", comme l’expliquent les Décodeurs du Monde.

Cette nouvelle information viendrait alors confirmer l’hypothèse selon laquelle ce "manifeste contre le manspreading" serait en réalité une mise en scène extrême du féminisme ayant pour unique ambition de susciter de très nombreux commentaires misogynes, discréditant ainsi les féministes et le récent mouvement MeToo, souvent pointés du doigt dans les médias russes et qualifiés de "politiquement correct".

Par Manon Marcillat, publié le 09/10/2018

Pour vous :