De 1800 à 1970, les femmes sont de moins en moins présentes dans la littérature anglophone

Une étude de deux siècles de littérature anglophone révèle que de 1800 à 1970, le nombre d’autrices et de personnages féminins a constamment diminué.

Virginia Woolf, autrice d’Une chambre à soi. (© WikipediaCC)

Alors que le féminisme connaît ce que certain·e·s considèrent désormais comme une "quatrième vague", qui a su profiter comme peu d’autres mouvements de la transposition numérique de l’arène des débats sociétaux, et que les autrices féministes disposent aujourd’hui d’une exposition médiatique historiquement inédite à l’ère des blogs et réseaux sociaux, une étude statistique parue le 13 février dans le Journal of Cultural Analytics et repérée en France par Mashable a tenté de retracer l’évolution de la place de la femme dans la littérature anglophone, de l’époque victorienne (circa 1800) à nos jours. Résultat sans appel : tant dans le corpus de fiction ou d’essai, les inégalités hommes-femmes en la matière se sont inexorablement accrues pendant 170 ans, et malgré le revirement – léger – entamé à l’aube du XXIe siècle, la parité littéraire est encore un objectif très lointain.

Publicité

Pour parvenir à cette conclusion, Ted Underwood, professeur d’anglais à l’université d’Illinois, David Bamman, scientifique de l’information de l’université de Californie et Sabrina Lee, étudiante de l’université d’Illinois, ont étudié plus de 104 000 ouvrages présents dans les bases de données HathiTrust et Chicago Novel Corpus, publiés entre 1780 et 2007, passés à la moulinette d’un logiciel d’analyse du langage naturel appelé BookNLP (en informatique, la méthode est baptisée pipeline).

Premier constat, plutôt positif : "les divisions de genre entre personnages sont de moins en moins marquées depuis 170 ans", écrivent les chercheurs en introduction de l’étude. "Au milieu du XIXe siècle, des langages très différents étaient utilisés pour décrire des personnages fictionnels masculin et féminin. Mais cette différence s’affaiblit de manière constante à mesure que l’on s’approche du présent ; les actes et les attributs des personnages sont moins clairement séparés en catégories genrées." En d’autres termes, plus on s’approche de l’époque contemporaine, moins les champs lexicaux diffèrent selon que l’on décrit un homme ou une femme.

Moins d’autrices, moins de personnages féminins

Bon, autant le dire tout de suite, les bonnes nouvelles s’arrêtent là. Second constat : entre 1850 et 1950, le nombre d’ouvrages de fiction signés par des femmes diminue de moitié, passant d’environ 50 % à 25 % de la production totale. Incidemment, expliquent les chercheurs, le nombre de personnages féminins dans les œuvres diminue drastiquement sur la même période : en 1800, près de 60 % des mots d’une œuvre en moyenne sont consacrés à la description de personnages féminins, contre 30 % dans les années 1950. Un parallèle logique pour les chercheurs, les autrices ayant tendance à intégrer plus de femmes dans leurs histoires que leurs homologues masculins.

Publicité

Pourquoi, cependant, une telle baisse de nombre d’autrices entre le début du XIXe et le milieu du XXe siècle, alors que la femme gagne (lentement mais sûrement) en importance et en autonomie sur les plans légaux et sociétaux (les premiers mouvements en faveur des droits des femmes apparaissent aux États-Unis vers 1850) ? Pour les chercheurs, c’est tout simplement que… la littérature de fiction s’est gentrifiée. Avant 1840, expliquent-ils, le métier de romancier n’était pas bien perçu socialement et offrait des conditions de travail trop précaire pour ces messieurs, qui préféraient la profession considérée plus noble d’intellectuel, philosophe voire dramaturge.

D’un coup, vers 1840, les conditions de travail s’améliorent, les femmes s’ouvrent aussi à des nouveaux secteurs professionnels, et être romancier devient tout simplement cool, ce qui pousse les hommes à fondre sur le genre avec l’appétit d’une meute de hipsters pour un restau crudivore du XIXe arrondissement. Virées du milieu par la concurrence masculine et par les inégalités de traitement des éditeurs (souvent des hommes), les femmes se tournent alors vers d’autres genres littéraires, moins bien représentés. La part de romancières qui reste, noyée dans la masse, disparaît peu à peu des radars.

Champs lexicaux distincts

Enfin, les auteurs de l’étude convoquent (et vérifient statistiquement, dans un bel outil de visualisation interactive) ici la théorie de Nancy Armstrong, qui stipule que la subjectivité, soit le fait de définir un personnage par son état émotionnel plutôt que par la description de ses actes, était l’apanage des personnages de fiction féminins, même si la tendance a depuis énormément évolué. De même, l’étude logicielle a montré que dans les yeux des auteurs, il existe deux champs lexicaux distincts pour décrire une même action selon le genre, comme le fait de sourire – "to smile" pour les femmes, "to grin" pour les hommes.

Publicité

Inégalité dans le nombre de créateurs, inégalité dans le nombre de personnages et inégalité de traitement lexical entre les personnages : entre 1800 et 1970, la littérature est l’un des seuls domaines de la culture anglo-saxonne à avoir connu une telle progression des disparités entre hommes et femmes, concluent les auteurs de l’étude. "Les hommes – en tant que groupe – restent remarquablement réticents à attribuer aux femmes plus d’un tiers de l’espace accordé à leurs personnages. Et l’atténuation des barrières de genre à l’approche du XXe siècle ne semble pas avoir été concomitante à une plus grande importance donnée aux personnages féminins. À l’inverse, leur prééminence décline sur la même période." En 2018, selon l’étude, la part des femmes (autrices comme personnages) augmente à nouveau… mais la parité n’est pas encore en vue. Même dans le domaine du féminisme, la réalité dépasse la fiction.

Par Thibault Prévost, publié le 21/02/2018

Pour vous :