Le réchauffement climatique pourrait rendre l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient inhabitables

Une nouvelle étude affirme que la hausse des températures pourrait transformer certains pays en zones de canicule constante, poussant probablement ses populations à migrer.

Fonte des glaciers, montée des eaux, dérèglement des saisons... Les effets causés par le réchauffement climatique de notre planète sont aujourd'hui connus de tous.

Mais dans les faits, le quotidien de la majorité des Terriens n'en est pas tellement bouleversé, et par conséquent, les efforts mis en place pour tenter d'inverser la courbe restent insuffisants. Pourtant, le réchauffement climatique risque bien de nous affecter, et ce avant la fin de ce siècle.

Publicité

Une nouvelle étude publiée par le journal Climatic Change et relayée par Gizmodo révèle que certains pays de l'Afrique et du Moyen-Orient pourraient devenir des zones quasi inhabitables d'ici quelques années, allant jusqu'à causer l'exode de leurs populations.

© Climat Change

"Dans le Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les températures moyennes en hiver augmenteront d'environ 2,5 degrés Celsius (à gauche) d'ici le milieu du siècle, et de 5 degrés Celsius en été (à droite) si les émissions dues à l'effet de serre continuent d'augmenter [...]" © Climatic Change

550 millions de personnes concernées

Selon Johannes Lelieveld et ses collègues, qui ont mené cette étude, les températures dans ces zones ne descendront pas en-dessous de 30 ºC pendant la nuit. La journée, elles pourraient avoisiner les 46 ºC pendant l'été, et les 50 ºC d'ici la fin du siècle.

Publicité

En outre, les canicules seront beaucoup plus fréquentes et dureront plus longtemps. Et, cerise sur le gâteau, les chercheurs affirment que la quantité de poussière contenue dans l'air sera bien plus grande.

Cette aggravation des conditions climatiques concerne 29 pays et territoires selon l'étude : l'Algérie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, Bahreïn, Chypre, Djibouti, l'Égypte, la Géorgie, l'Iran, l'Iraq, Israël, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Libye, la Mauritanie, le Maroc, Oman, la Palestine, le Qatar, l'Arabie saoudite, la Somalie, le Soudan, la Syrie, la Tunisie, la Turquie, les Émirats arabes unis, le Sahara occidental et le Yémen. Soit 550 millions d'êtres humains, qui dans de telles conditions de vie, seraient probablement contraints à quitter leurs terres.

"Nous concluons que la Mena [un acronyme pour désigner les régions du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, ndlr] constitue une zone sensible en termes de changement climatique, car elle pourrait se transformer en une zone brûlante durant l'été, concluent les chercheurs. Il a été prouvé que les chaleurs extrêmes ont un impact sur la santé de l'homme, qu'elles encouragent les maladies transmises par l'eau et la nourriture, et que des canicules intenses augmentent la mortalité prématurée." De quoi faire réfléchir.

Publicité

Par Naomi Clément, publié le 06/05/2016

Pour vous :