featuredImage

États-Unis : le Missouri vote une loi discriminatoire pour les femmes qui prennent la pilule

Des femmes pourraient par exemple être expulsées de leur logement si leurs choix de vie ne convenaient pas à leur propriétaire.

Mardi 20 juin, la Chambre des représentants de l’État du Missouri a adopté un projet de loi dont certains points visent à discriminer les femmes qui prennent la pilule ou qui ont déjà eu recours à l’avortement, ainsi que les cliniques pratiquant l’interruption de grossesse. Il y a déjà plusieurs semaines que l’exécutif local du Missouri travaille sur un projet global de renouvellement des dispositions générales, soit les règles de fonctionnement qui peuvent être imposées à toutes les villes de l’État.

Parmi les modifications proposées, une directive prévoyait d’interdire la discrimination des femmes sur les marchés de l’emploi et de l’immobilier en fonction de leurs choix de contraception ou de leurs avortements passés. Si on peut s’étonner d’apprendre que de telles discriminations subsistent, il faut cependant rappeler que 46 % de la population du Missouri est "pro-life" (anti-avortement). Ce qui explique qu’Eric Greitens, le gouverneur républicain de l’État, se soit opposé à cette mesure de protection du droit des femmes à disposer de leurs corps. Il a ainsi réuni le Sénat en assemblée extraordinaire pour faire barrage à cette directive, qu’il a qualifiée de "radicale", précisant :

"(Cette loi) transformera Saint Louis et la région en sanctuaire de l’avortement."

De nouveaux décrets ont donc été proposés, pour remplacer celui qui était destiné à empêcher les discriminations dont certaines femmes sont encore victimes dans cet État américain. Adoptés à la chambre basse par une majorité républicaine le 20 juin  dernier, ils visent à imposer des restrictions et des inspections surprises aux cliniques qui pratiquent l’avortement, dans l’espoir de les voir fermer, et autorisent les propriétaires immobiliers et les employeurs potentiels à interroger les femmes, qu’elles soient déjà locataires d’un logement, employées d’une structure, ou sur le point de le devenir.

Avant que ces mesures n’entrent en vigueur, il faut encore que ce projet de loi soit validé par le Sénat. S’il venait à passer, les femmes du Missouri qui ont déjà avorté, pris la pilule ou sont tombées enceintes hors mariage pourraient donc affronter de grandes difficultés pour trouver un emploi et un logement.

Heureusement, le gouvernement fédéral américain pourrait alors intervenir par le biais du Federal Pregnancy Discrimination Act (la loi fédérale contre les discriminations liées à la grossesse) et sanctionner l’État du Missouri. Mais cette loi ne fait pas mention des discriminations faites contre les femmes qui prennent la pilule…

(via: Giphy)

© Giphy

Par , publié le 26/06/2017

Copié