Instagram de Love and Marij

Les mariages avec open bars weed font de plus en plus d’addicts aux États-Unis

Oubliez le coin bar à mojitos, le cochon grillé et la tireuse à bière, le mariage branché est celui où vous trouverez de la weed en libre accès.

Aux États-Unis, la tendance weed n’est pas près de partir en fumée. Avec la légalisation de la marijuana à usage récréatif dans plusieurs États, le cannabis est de plus en plus célébré dans les mariages, comme le rappelle le journal The Independent. Dans le Colorado, en Californie, dans le Maine ou encore le Nevada, le cannabis tient la dragée haute au champagne, aux petits-fours et à la pièce montée.

Publicité

Il existe même un salon pro dédié à toutes les nouveautés contenant de l’herbe appelé la Cannabis Wedding Expo. Et la société de wedding planning Love and Marij propose des mariages sur le thème Marie-Jeanne. Au menu, des robes en chanvre, des joints à dispo dans la limo, des plats gourmets avec substances addictives à l’intérieur, des bouquets qui se fument ou encore des chocolats au cannabis.

Un concept fumeux ?

La star des activités déstressantes reste cependant le "cannabar". Il s’agit d’un comptoir où l’on peut déguster plusieurs types d’herbes en mode open bar. Des "budtenders" dévoués peuvent même vous aider à rouler votre joint si, comme papi, vous n’en avez pas roulé depuis votre jeunesse hippie. Le bar vous coûtera tout de même la modique somme de 300 dollars.

Cela aurait-il un effet sur la nuit de noces ? L’utilisation de la marijuana est effectivement réputée pour ses vertus aphrodisiaques. En Inde, il est utilisé depuis des générations pour augmenter le plaisir sexuel des hommes et des femmes, même si des études récentes parlent surtout d’un effet placebo.

Publicité

La saison des mariages battant son plein, vous pourrez vérifier par vous-même si vous avez des amis futurs mariés suffisamment dans le coup – ou juste défoncés.

Publicité

À lire -> En Californie, vous pouvez faire livrer des bouquets de weed à votre moitié

Publicité

Par Violaine Schutz, publié le 07/08/2017

Pour vous :