L'État islamique détourne GTA à des fins de propagande

L'État islamique a publié une vidéo sur YouTube de détournement du jeu GTA V. Radicalement anti-occidentale, cette nouvelle manifestation de haine montre que le groupe armé n'hésite plus à s'approprier les codes culturels de l'adversaire : jeux vidéo et réseaux sociaux. 

Le détournement du jeu des studios Rockstar Games à la sauce Etat islamique. Piquante, la sauce.

Le détournement du jeu des studios Rockstar Games à la sauce État islamique. Piquante, la sauce.

Utiliser les jeux vidéo pour faire de la propagande n'est pas nouveau. Tout comme les Soviétiques étaient régulièrement "les méchants" dans James Bond, les cibles à abattre dans les jeux vidéo de guerre sont souvent des ennemis historiques des occidentaux, comme les nazis qu'on peut descendre par pelletée dans les célèbres licences Medal of Honor ou Wolfenstein.

Publicité

Mais en fait, tout est une question de point de vue. Notre vision occidentale des choses pousse les développeurs de jeux vidéo à créer des histoires où les gentils, qui gagnent à la fin, brandissent un drapeau étoilé. Pourtant, en Chine, on développe des jeux vidéo où les vilains sont Japonais. Aussi, en Russie, le ministère de la Culture tape du poing contre les jeux dans lesquels est développée "une image négative du soldat russe", n'hésitant pas à réclamer une promotion de "l’éducation patriotique".

Pas de quoi s'étonner alors lorsque l'État islamique annonce, lui aussi, la sortie de son propre jeu vidéo. Calqué sur la lucrative série GTA, le jeu Grand Theft Auto : Salil al-Sawarem (approximativement "GTA : le son des épées réunies", selon Numérama). Pour l'instant, la seule trace de son existence est une vidéo postée la semaine dernière sur YouTube. Découvrez-la ci-dessous.

Publicité

Selon l'organisation islamiste, ce jeu doit "élever le moral des moudjahidin, former les enfants et les adolescents à lutter contre l'Occident, et semer la peur dans les cœurs des adversaires de l'État (islamique)". En réalité, il ne s'agit pas d'un nouveau jeu vidéo... mais simplement d'images de GTA 5 détournées aux fins meurtrières du groupe armé.

Alors que l'objectif de propagande est clairement assumé – et pas celui d'un département jeux vidéo, on retient que les terroristes usent de la culture à abattre, celle de l'Occident, pour faire passer son message. Guillaume Champeau de Numérama fait remarquer que c'est loin d'être la toute première fois : selon lui, pour mieux l'affronter, l'État islamique veut "retourner la culture occidentale contre elle". Donc désolé, il est très très (et même "très très très") peu probable que Grand Theft Auto : Salil al-Sawarem sorte un jour sur Playstation 4 ou Xbox One.

#FousDeDieu

Les combattants de l'EI usent de plus en plus des outils de propagande de leurs adversaires. Interrogé par Carole Boinet dans les Inrockuptibles, David Thomson, journaliste à RFI et auteur des Français djihadistes confirme : "Avant la diffusion de la vidéo de James Foley, un hashtag a même été lancé pour teaser sa décapitation".

Publicité

Après tout, le monde change et Facebook et Twitter sont aujourd'hui des portails obligés pour diffuser une idée. Il poursuit :

On a affaire à une nouvelle génération de djihadistes ayant grandi avec les réseaux sociaux. Ils ont un smartphone dans une main, une kalachnikov dans l'autre [...]. Les réseaux sociaux permettent de toucher un public qui n'est plus celui des forums djihadistes obscurs.

Par Théo Chapuis, publié le 22/09/2014

Copié

Pour vous :