(Source : flickr.com / Zennie Abraham)

Espionnage dans les avions, en Israël et en Afrique : nouvelles révélations sur la NSA

De nouvelles analyses des données d'Edward Snowden ont permis au Monde, en partenariat avec The Intercept, de mettre au jour d'édifiantes pratiques de surveillance généralisée.

(Source : flickr.com / Zennie Abraham)

En 2013, Edward Snowden, analyste de la NSA, nous retournait la tête avec des révélations à peine croyables : le gouvernement américain épie méthodiquement les conversations du monde entier. Espionnage industriel, archivage des conversations "en lien" avec des activités terroristes, écoutes sur les téléphones personnels de grands dirigeants... les oreilles de la NSA traînent partout.

Publicité

Si les révélations sur la surveillance de masse des citoyens ordinaires sont celles qui ont le plus choqué, d'autres programmes de la NSA et de son homologue britannique (le Government Communications Headquarters, GCHQ) ont été mis au jour grâce aux données extraites par Edward Snowden. Ces données sont nombreuses et souvent très techniques, ce qui explique que le travail d'analyse des journalistes (du site The Intercept et du Monde) ait pris autant de temps. Trois ans après la première alerte de Snowden, ils nous livrent de nouvelles révélations. On revient avec vous sur les principales infos.

 1. La NSA surveille votre smartphone quand vous prenez l'avion

Même à 10 000 mètres d'altitude, impossible d'échapper aux oreilles de Dumbo de la NSA et du GCHQ. Le Monde nous apprend que leurs programmes leur permettent d'accéder systématiquement aux smartphones qui se connectent à Internet au cours de vols commerciaux, et que Air France a très vite fait partie des compagnies aériennes les plus surveillées. Comme d'habitude, la justification de ces écoutes est la "lutte contre le terrorisme", sauf que le contenu d'une note interne de la NSA indique tout le contraire : "Quel est le point commun entre le président du Pakistan, un trafiquant de cigares ou d’armes, une cible du contre-terrorisme ou le membre d’un réseau de prolifération nucléaire ? Ils utilisent tous leur téléphone portable lorsqu’ils sont dans un avion". Le trafic de cigare, la nouvelle "menace terroriste" en vogue ...

L'interception des communications se fait quasiment en temps réel (2 minutes de délai), mais il y a mieux : la NSA peut envoyer un signal qui perturbe le téléphone de la personne ciblée, ce qui l'oblige à le rallumer et à taper à nouveau son code confidentiel... qui est finalement récupéré par les espions. Ensuite, plus rien ne les empêche de naviguer à souhait dans le téléphone. Pour la NSA et le GCHQ, la compagnie Air France est un tel cas d'école que ce sont ses avions qui servent d'exemples lorsque les services secrets américains et britanniques doivent présenter le mode de fonctionnement de leur système de surveillance.

Publicité

Source : le Monde

Le GCHQ se réjouit du fait que les voyageurs seront bientôt autorisés à utiliser massivement leur téléphone pendant les vols d'Air France. (Via Le Monde)

Si ce sont principalement les questions de sécurité qui sont mises en avant par la NSA et le GCHQ, leurs cibles favorites sont en fait les voyageurs en classe affaire, dont les conversations représentent de véritables mines d'information. Cet espionnage industriel permet d'obtenir des points de pression et des leviers destinés à avantager les grands groupes américains pendant des négociations commerciales. Pas éthique, mais plutôt pratique.

2. Surveillance systématique d'Israël et d'une vingtaine de pays africains

Même si la coopération entre les États-Unis et Israël est historiquement forte, ça n'empêche pas Washington d'espionner Tel Aviv sans aucune vergogne. Toujours d'après Le Monde, cette surveillance systématique vise des sociétés privées dans le secteur de la défense, des universités reconnues pour leur haut niveau scientifique ou encore des organismes d'État. Des personnes proches du Premier ministre ont également vu leurs téléphones se faire pirater. Mais pourquoi fliquer ainsi un pays allié ? "Les Israéliens demeurent une véritable menace pour la stabilité régionale, notamment à cause de leur position sur le dossier iranien", analyse le GCHQ dans un document top secret. Alors autant surveiller tous leurs chefs d'entreprise, c'est plus safe !

Publicité

Cette surveillance vise également de nombreux pays africains, et plus particulièrement leurs gouvernements. On apprend ainsi que le GCHQ est en mesure d'intercepter les communications des chefs d'État, Premiers ministres, dirigeants militaires, membres de l'opposition et poids lourds financiers d'une vingtaine de pays sur le continent. Le résultat ? Des milliers de relevés d'interceptions ciblées, que Le Monde a pu étudier minutieusement et qui montrent l'ampleur du dispositif. Mais ça va encore plus loin : un analyste annonce, tout content, qu'ils sont prêts à passer à la collecte systématique de données, soit l'analyse continue de toutes ces conversations, sans tri.

3. "Mais moi je m'en fous j'ai rien à cacher"

C'est probablement le contre-argument le plus répété à travers le globe lorsque ces questions de surveillance surgissent. Et il tombe toujours complètement à côté de la plaque. Car si les écoutes ciblées concernent effectivement des acteurs ayant un certain poids sur les terrains politiques, économiques ou sécuritaires, les écoutes larges concernent tout le monde. En cherchant l'aiguille, la NSA prend toute la botte de foin. Et devinez qui on trouve dans cette botte ? Vous, moi, votre voisin.

Grâce à des programmes tentaculaires (PRISM, XKeyscore, Upstream...), l'agence de surveillance américaine piste toutes les personnes en lien, de près ou de loin, avec une "personne suspecte". Exemple : votre employeur fait du business (innocemment) avec un banquier véreux qui est en lien avec des réseaux terroristes. Il vous demande pour X raison d'envoyer un mail à ce banquier. Et bim ! Vous faites officiellement partie, pour la NSA, de son réseau et un programme parcourt maintenant toutes vos conversations à la recherche de mots clés spécifiques. Et pareil pour votre famille.

Publicité

La manière exponentielle avec laquelle ces réseaux de surveillance (la personne ciblée + ses connaissances + leurs connaissances) font que la quasi totalité du globe est surveillée chaque jour. Pour de vrai. Cette petite vidéo explique avec pédagogie les dynamiques bien flippantes à l'œuvre au dessus de nos têtes :

Par Théo Mercadier, publié le 08/12/2016

Copié

Pour vous :