AccueilÉDITO

Perdu sur une comète, le robot Philae a enfin été retrouvé

Publié le

par Thibault Prévost

En théorie, Philae aurait du atterrir comme ça.

Mois d'un mois avant la fin programmée de la mission Rosetta, la sonde a fini par retrouver l'atterrisseur Philae, perdu à la surface de la comète Tchouri.

En théorie, Philae aurait dû atterrir comme ça. (© ESA)

Il était temps. Perdu depuis juillet 2015 sur la surface hostile de la comète Churyumov-Gerasimenko – "Tchouri" –, le module d'exploration européen Philae vient enfin d'être retrouvé par la sonde Rosetta, a annoncé le 5 septembre l'Agence spatiale européenne (ESA). La sonde, toujours en orbite à 2,7 kilomètres d'altitude autour de la comète, a envoyé des images haute définition du petit robot, coincé dans une anfractuosité rocheuse, dans la région de la comète baptisée Abydos. Et il a connu des jours meilleurs.

Voilà où était passé Philae. (© ESA)

Depuis son atterrissage sur la comète, le 12 novembre 2014, la mission de Philae n'a jamais été une sinécure. Dès son arrivée, le harpon qui devait le maintenir au sol l'a lâché, et le robot a rebondi sur la surface de l'astéroïde pour venir s'échouer dans une zone d'ombre, rendant ses panneaux solaires inutilisables. Trois jours d'activité plus tard (et autant de précieuses données envoyées vers la Terre), Philae tombait en rade de batterie en hibernait pendant huit mois. Un bref contact, en juillet dernier, puis plus rien, pour de bon.

S'il est hors de question d'essayer de reprendre contact avec le naufragé spatial, les photos prises par Rosetta nous permettent au moins de comprendre ce qui s'est réellement passé. Sur les clichés, on constate que Philae s'est renversé, un de ses pieds d'amarrage en l'air, ce qui rendait effectivement toute opération d'analyse périlleuse. Mais la découverte du robot-atterrisseur permet également de replacer dans leur contexte géographique les observations effectuées par le robot avant son hibernation. Cela permettra aussi aux chercheurs de la mission Rosetta de préparer sereinement sa fin, prévue le 30 septembre, avec le vertigineux plongeon de la sonde vers Tchouri.

À voir aussi sur konbini :