Entre mode et illustration, 4 marques françaises émergentes qui vont vous faire craquer

Brodés, scratchés, imprimés… Chez ces créateurs, les illustrations fusionnent avec la matière. Le vêtement devient support, les imprimés se courbent et s'adaptent à des coupes intemporelles. 

Du basic shirt au kimono, rencontre avec cette génération de touche-à-tout pour qui la qualité est aussi primordiale que la créativité.

Célia Bruneau

"Tout part d’un dessin, d’une attitude ou d’un symbole qui m’inspire."

image003

© Calypso Mahieu/Célia Bruneau.

Intuitive, Célia, 24 ans, brode à la main des nus féminins sur des chemises masculines, dans un trait fluide, similaire à un croquis spontané. "Tout part d’un dessin, d’une attitude ou d’un symbole qui m’inspire et d’une pièce textile. Je traduis cela en dessinant puis je viens l’appliquer sur la matière grâce à la broderie."
Bien qu'elle ait été influencée par ses grand-mères et sa mère, Célia travaille plus librement, en dehors des codes traditionnels. Loin de l'image d'une petite mamie brodant un abécédaire fleuri sur des napperons en coton.

capture-decran-2017-01-26-a-16-50-21

© Calypso Mahieu/Célia Bruneau.

Ses influences sont multiples :

"J’aime particulièrement faire des recherches de photographies qui pourraient m’inspirer des corps, des positions, des mouvements. (…) J’adore m’inspirer de chorégraphes et de danseuses telles que Pina Bausch, Martha Graham, Margaret Morris… Je suis aussi en admiration devant le travail du photographe Wilhelm Von Gloeden, la façon dont il mêlait érotisme et art antique me captive."

Retrouvez Célia Bruneau sur sa page Etsy mais aussi sur les e-shops des concept-stores Cool Machine et La Seinographe

Carne Bollente

"De quoi émoustiller votre futur patron, belle-mère ou autre banquier lors d’un premier entretien."

image009

© Agoston Palinko/Carne Bollente.

Maison impertinente établie en 2014, Carne Bollente est menée par 4 garçons dans le vent.

"Chacun de nous est touche-à-tout, on a une manière de bosser assez organique (comprendre bordélique). Avec le temps, on a réussi à trouver un certain équilibre qui permet à chacun de garder un œil sur les différents éléments du projet. Mais soyons sincères, au fond, Agoston travaille, Felix le fouette, Hijiri filme et Théo dort."

capture-decran-2017-01-26-a-16-59-29

© Agoston Palinko/Carne Bollente.

Ils imaginent des scénettes de Kamasutra délicatement brodées près du cœur. Des illustrations colorées mais discrètes, sur des T-shirts, sweats et casquettes qualitatifs : "On est conscients du prix de nos produits et on s'attache à proposer des pièces certes simples mais d'une qualité élevée tant dans le choix des matières que sur la précision de la broderie." Beau succès, Carne Bollente est représenté par 23 boutiques dans 12 pays.

Retrouvez Carne Bollente sur leur e-shop et au concept-store Tom Greyhound à Paris.

Habit Cactus

"Faire une marque de T-shirts à message, clairement, ça ne nous intéresse pas."

image013

© Habit Cactus.

Pour Étienne Piketty et Zite Vincendeau Verbraeken, tout est né d'une rencontre. Zite, diplômée de l'École supérieure des arts appliqués (Duperré), donne vie aux patchs colorés d'Habit Cactus. Étienne, lui, "aime aller à contre-sens". En parallèle d'Habit Cactus, il officie au sein du label Pain Surprises.

image017

© Habit Cactus.

En résultent des vêtements et accessoires en Velcro, ultra-personnalisables grâce à une cinquantaine de patchs qui se déclinent en silicone, cuir ou broderie. "On a développé les matières pendant plus d’un an pour arriver au résultat voulu."

"L’idée est de casser les codes, surprendre mais toujours avec un souci du très bien fait et du beau. (…) On veut proposer quelque chose qui n’a jamais été fait et si possible en proposant une nouvelle façon de se comporter."

image019

Les supports de base sont intemporels et sobres, et laissent place à de multiples créations, dont des collaborations avec des artistes comme Jordy Van Den Nieuwendijk ou encore le duo de graphistes M/M. "L’idée est de leur laisser une liberté totale et qu’ils utilisent nos supports comme une page blanche à remplir."

Retrouvez Habit Cactus sur leur e-shop ainsi qu'au Palais de Tokyo, au Bon Marché et à la villa Noailles.

Noir Noir

"Notre objectif est de rester proche d’un ADN street-wear avec des finitions luxe."

image021

© Fiona Torre/Noir Noir.

Autre duo chez Noir Noir, une jeune griffe parisienne à mi-chemin entre mode et art, fondée par Boni et Manaré Coly. Après plusieurs collections réinterprétant l'art ancien, les deux créateurs s'ouvraient pour la première fois au monde de l'art contemporain en collaborant avec l'artiste peintre Inès Longévial (que Konbini a déjà interviewée ici).

"Esthétiquement ça faisait sens, humainement le courant est passé directement, la collaboration s’est donc mise en place assez naturellement. On a échangé autour des thèmes qui nous plaisaient dans le travail d’Inès, de ceux qui fonctionneraient sur des vêtements, on l’a laissée faire sa magie sur la toile et on a fait la nôtre par la suite."

image025

L'artiste Inès Longevial. (© Instagram Inès Longevial)

Le motif final, un camo militaire adouci par la poésie de fleurs abstraites, vient onduler dans une collection onirique dont certaines pièces sont unisexes. "On est très attachés au Made in France et je dirais même Made in Paris dans notre cas !"

Ce qui les inspire au quotidien, c'est "La présence d’éléments modernes dans l’ancien et vice-versa. Qu’il s’agisse d'un landscape dans un film de Kitano ou d’une branche de fleurs sur une tapisserie médiévale, on a naturellement développé un sens commun vers les esthétiques que l’on apprécie."

Retrouvez Noir Noir sur leur e-shop et à Paris chez Centre Commercial.

image023

© Fiona Torre/Noir Noir.

Par Théa De Gubernatis, publié le 26/01/2017