Falsifier une enquête d'opinion, un jeu d'enfant

C'est désormais une habitude bien ancrée chez de nombreux médias : proposer des sondages, ou plutôt une "consultation sur internet", à leurs visiteurs. Ces enquêtes portent la plupart du temps sur des questions de société. Hier, dans une tribune sur le site communautaire musulman Al-Kanz, un homme qui a souhaité garder l'anonymat a déclaré avoir "participé massivement à un énième sondage sur l'islam".

La question posée par le site de France Télévisions était : "être licencié pour port du voile au travail vous choque-t-il ?". L'internaute raconte : "sans recourir à une quelconque technique illégale, le plus simplement du monde, j’avais voté un peu plus de 64.000 fois".

Supprimer le cookie pour voter

Dans cet article, il explique sa méthode, selon lui massivement pratiquée sans que personne ne se l'avoue : "l’internaute qui veut voter plusieurs fois supprime le cookie du site qui publie le sondage, puis revote. Il supprime autant de fois le cookie qu’il veut voter." Et voilà, selon lui, pourquoi France 3 n'a pas été en mesure de donner le résultat de sa consultation en ligne.

Publicité

Dans un communiqué, la chaîne explique être "désormais en mesure d'affirmer que les résultats ont effectivement été manipulés". L'évènement a même provoqué un malaise sur le plateau, comme on peut s'en rendre compte dans cette vidéo postée sur YouTube.

Suivant la technique de cet internaute - qui prend la peine de préciser "ma grand-mère aurait pu le faire", nous avons testé sa technique et nous nous sommes aperçus de son efficacité. Ainsi, en bloquant la page souhaitée, nous avons répondu plusieurs fois d'affilée à la question posée par M6 et dont les résultats sont relayés sur ses plateaux d'information.

Publicité

La question du jour, en bas à droite sur la page du site d'informations de M6, à laquelle on peut répondre le nombre de fois qu'on le souhaite si on désactive les cookies. (Capture d'écran)

Des "sondages" sur de nombreux sites d'info

De nombreux sites internet d'information (ou vitrines de journaux ou de chaînes d'info) proposent ce type de sondage à leur lectorat. Nous avons répété le test sur ceux du Figaro, de RMC ou encore de BFMTV pour nous apercevoir qu'en rafraîchissant simplement la page du sondage, notre réponse était bel et bien comptée plusieurs fois. Il est alors tout à fait possible, d'autant plus si l'on s'accompagne d'un complice ou deux, de parasiter tout à fait une enquête d'opinion en ligne d'un média d'information... Il semble bien que le pirate du sondage de France Télévisions ait raison : la technique est d'une simplicité évidente.

Cependant, comme France Télévisions le précise sur son site, "une consultation sur internet n'a absolument pas valeur de sondage, puisque [elle ne peut] garantir les critères de représentativité". Reste que les publications qui pratiquent ces enquêtes d'opinion claironnent souvent ces résultats sur leurs plateaux de JT/colonnes des journaux/micros de radio, comme s'il s'agissait de sondages officiels. Méfiance.

Publicité

Par Théo Chapuis, publié le 29/11/2013

Copié

Pour vous :