AccueilÉDITO

Combien de temps dure un rapport sexuel pour la plupart des couples ?

Publié le

par Chayma Mehenna

Afin de répondre à des questions que nombre d’entre nous se sont déjà posées, une boutique en ligne de sex-toys a interrogé ses clients à propos de la durée de leurs rapports sexuels, mais en partant du principe que l’acte se terminait avec l’éjaculation de monsieur. Et le plaisir des femmes dans tout ça ?

Le magazine américain Vice s’est récemment penché sur une enquête qui avait pour but de calculer la durée moyenne des préliminaires et de l’acte sexuel. À l’origine de cette enquête, Lovehoney, une boutique en ligne de sex-toys qui a interrogé 4 400 clients. Selon l’étude, chez la plupart des couples hétérosexuels, l’acte durerait 19 minutes en tout : 10 minutes de préliminaires et 9 minutes de pénétration. Pour 55 % des personnes interrogées, il s’agirait d’une durée satisfaisante, mais pour 23 % des hommes et 19 % des femmes, ce ne serait pas assez.

Rappelons cependant qu’il s’agit d’une enquête menée sur des clients d’une boutique de sex-toys, qui sont potentiellement plus actifs sexuellement que la moyenne, ce qui peut induire un biais.

Une vision centrée sur le plaisir de l’homme dans les couples hétérosexuels

Notons que cette durée moyenne, uniquement centrée sur la durée des préliminaires et de la pénétration, part du principe que la fin du rapport sexuel a lieu au moment de l’éjaculation de l’homme, perpétuant donc une conception normée du rapport sexuel, centrée sur le plaisir masculin (l’enquête semble d’ailleurs s’être intéressée uniquement aux couples hétérosexuels). Si l’on regarde les réponses aux autres questions de l’enquête, seuls 75 % des hommes ont un orgasme à chaque fois qu’ils font l’amour, contre 28 % de femmes, et un orgasme partagé (où la femme et l’homme atteignent l’orgasme en même temps) se produit une fois sur trois.

C’est en partant de ce triste constat que la marque a lancé sa campagne "Mind the Gap". L’idée ? Aider les femmes à avoir plus d’orgasmes pour combler le fossé de cette inégalité homme-femme et donner un coup de main aux couples qui n’ont jamais vécu d’orgasmes simultanés. Les données récoltées par Lovehoney appuient en effet la thèse qu’un orgasme partagé est un but pour 6 couples sur 10.

On le savait déjà, les femmes ont plus de difficulté à jouir au cours d’un coït (61 % des femmes expliquent avoir du mal à atteindre l’orgasme pendant le rapport, contre 24 % des hommes). On se demande donc : à quand des enquêtes prenant en compte ce qu’il (devrait) se passe(r) après l’éjaculation masculine ?

À voir aussi sur konbini :