AccueilÉDITO

En images : la manif controversée contre la loi Travail a bien eu lieu

Publié le

par Camille Deutschmann

Après plusieurs revirements sur la tenue ou non d'une manifestation parisienne contre le projet de loi El Khomri, le gouvernement a finalement décidé de l'autoriser... partiellement. 

État d'urgence oblige et après les dégradations à l’hôpital Necker lors du dernier rassemblement, mardi 14 juin, 2 000 policiers étaient mobilisés aujourd'hui pour la manifestation contre la loi Travail prévue ce mercredi à Paris. Afin d'éviter les débordements, rien n'a été laissé au hasard : fouilles des manifestants, barricades aux abords du parcours de la manif, canons à eau... À 16 heures, 95 personnes avaient été interpellées, selon la préfecture de police.

Après deux jours de tensions autour du parcours de la manifestation parisienne, un accord entre les syndicats et la préfecture avait été adopté au dernier moment. Le gouvernement, qui voulait imposer une manifestation statique, a finalement autorisé la marche aux manifestants... sur un circuit de moins de deux kilomètres. Le cortège a dû suivre un itinéraire bien précis : partir de place de la Bastille, faire le tour du bassin de l'Arsenal, puis revenir à la Bastille. Ce qui n'a pas manqué de faire réagir sur Twitter : entre humour et agacement, voici les événements de la journée en tweets marqués du hashtag #manif23juin.

Une manif en vase clos

Avec cette manifestation d'abord autorisée, puis interdite, puis à nouveau autorisée sur un parcours restreint, les opposants à la loi Travail s'attendaient à un déploiement policier conséquent. Ils n'ont pas été déçus : nombreux contrôles d'identité et fouilles de sacs à plusieurs checkpoints, camions avec canons à eau bien en évidence et cortège cerné par les forces de l'ordre... le dispositif de sécurité se voulait visible.

Des tensions aux abords du parcours

Cernés par le dispositif de sécurité, quelques manifestants ont cherché l'affrontement avec la police en début de manifestation, mais l'événement s'est globalement déroulé dans le calme. Après quelques débordements gare de Lyon, causés par un "rassemblement sauvage", les forces de l'ordre, craignant que la manifestation n'essaime ailleurs, ont investi d'autres places, comme celle de la République. Selon la préfecture, 95 personnes ont été interpellées.

Des gens qui plaisantent

À de nombreux endroits, l'humour l'a emporté parmi les manifestants, notamment face à l'absurdité du parcours, "long" d'à peine 1,8 kilomètre, que les participants ont effectué en 45 minutes environ.

Un message qui passe ?

Manifestation ubuesque, mais manifestation quand même ! Pour les personnes opposées au projet de loi Travail, c'était l'occasion de montrer que même avec de difficiles conditions d'organisation, la contestation ne faiblit pas.

Malgré leur acharnement à faire passer les infos et à défiler coûte que coûte, les manifestants ont formé un cortège clairsemé. On a pu compter 20 000 individus selon la préfecture, quand les syndicats en ont dénombré 70 000. Malgré un léger essoufflement du mouvement en termes de participation, il est clair et net que la grogne est toujours là.

À voir aussi sur konbini :